La nouvelle coalition gouvernementale sera dirigée par Giuseppe Conte — Italie

30 Août, 2019, 00:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Nouvelle coalition surprise en Italie: pari raté pour Salvini ? AFP

Le ministre de l'Intérieur encore en poste a promis un retour de son parti sur le devant de la scène, "plus déterminé que jamais", fustigeant "un gouvernement qui naît à Bruxelles" et affirmant que "l'Italie ne sera le serf de personne".

"Nous sommes parvenus à un accord politique avec le PD pour que Guiseppe Conte puisse former un gouvernement stable à long terme", a-t-il déclaré aux journalistes.

Désormais, M. Conte va devoir s'atteler à l'arbitrage très compliqué de la répartition des maroquins ministériels.

Le PD accepte que " le M5S choisisse le futur premier ministre", a concédé M. Zingaretti sans toutefois prononcer le nom de Giuseppe Conte dont le M5S a déjà indiqué que c'était un choix non négociable.

M. Salvini avait surpris toute l'Italie en pleine torpeur estivale, réclamant au président des élections immédiates.

La composition du gouvernement devrait être annoncée la semaine prochaine à l'issue de rencontres avec les partenaires sociaux et les forces politiques représentées au Parlement, mais surtout après d'opiniâtres échanges entre les deux ennemis jurés d'hier, aujourd'hui alliés: le M5S et le Parti Démocrate. Exit donc la Ligue, le parti d'extrême droite de Matteo Salvini.

Depuis, le programme s'est enrichi d'une quinzaine de propositions des deux camps qui convergent sur une relance de la poussive croissance avec une attention pour les plus faibles et l'environnement.

Le programme commun doit être approuvé par les Cinq Etoiles, qui veulent soumettre l'accord à leur plateforme internet de "démocratie directe" Rousseau, très contestée pour son manque de transparence et de représentativité (100.000 inscrits seulement, pour plus de 10 millions d'électeurs aux législatives de 2018). Le vote pourrait intervenir pendant le week-end. Le M5S, premier parti au parlement depuis les législatives de 2018, est central pour la formation d'une majorité.

Les tractations portent " non pas sur des projets, mais sur des fauteuils", s'est moqué M. Salvini.

"Nous sommes dans une phase très délicate pour le pays et nous devons sortir au plus tôt de la période d'incertitude politique créée par la crise de gouvernement", a poursuivi M. Conte, après une rencontre d'une heure avec le président qui l'avait accueilli avec un grand sourire.

Cette photo prise le 28 août 2019 par le service de presse présidentiel montre le président italien Sergio Mattarella entouré de ses conseillers dans le palais du Quirinal à Rome avant un deuxième round de négociations en vue de former un gouvernement. Autre point d'interrogation, le sort du vice-premier ministre Di Maio, laminé médiatiquement par Matteo Salvini en 14 mois d'alliance, et très affaibli dans la crise actuelle.

Recommande: