G7-Trump vante une "bonne entente" mais des désaccords persistent

26 Août, 2019, 10:52 | Auteur: Aubrey Nash
  • Emmanuel Macron lors de son allocution le 24 août 2019 à Biarritz

Les divergences concernant le dossier nucléaire iranien, en particulier entre les Etats-Unis d'une part et l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni d'autre part, s'étalent de longue date au grand jour: l'administration Trump s'est en effet retirée l'an dernier de l'accord conclu en 2015 avec Téhéran tandis que les Européens veulent maintenir le dialogue.

M. Trump, présent à Biarritz, a été informé en personne par M. Macron.

Le président américain Donald Trump et les dirigeants européens continuaient dimanche de diverger sur ce point.

Cet accord ouvrirait les deux marchés à des biens agricoles, industriels et numérique d'une valeur de plus de 7 milliards de dollars (6,2 milliards d'euros), a précisé le représentant au commerce du président américain, Robert Lighthizer. "La France n'est pas un pays aligné", glisse-t-il.

Surtout que ce dont on se souvient du précédent sommet des Sept, au Canada, c'est que Donald Trump a refusé de signer un tel texte.

Sur le front du terrorisme, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont appelé à "élargir" et à "renforcer" financièrement la coalition internationale aidant les pays du Sahel à lutter contre les groupes jihadistes.

A quelques dizaines de kilomètres, les opposants au G7 n'entendent pas désarmer après avoir tenu un contre-sommet et un rassemblement samedi.

Soucieux de ne pas heurter "la première puissance mondiale", Emmanuel Macron baisse d'un ton en ne parlant plus que d'objectifs communs et souligne ne pas avoir de "mandat officiel" pour négocier avec Téhéran. Il a présenté samedi 24 août à Donald Trump un " compromis " pour sortir de l'impasse. Hier, dans la soirée, Paris a annoncé que les dirigeants du G7 auraient confié une mission de médiation à Emmanuel Macron, qui s'entretient régulièrement avec son homologue iranien, afin "d'éviter à tout prix que l'Iran se dote de l'arme nucléaire" et "d'arrêter l'escalade dans la région", selon la présidence française.

"C'est le signe que le président Macron est en train de chercher de manière très énergique une sorte d'accord entre les Etats-Unis et l'Iran" analyse pour l'AFP, Robert Malley, de l'International Crisis Group (ICG).

Le chef de l'Etat a assuré qu'il rendra compte "durant ces deux jours et lundi en fin de journée" des avancées de ce G7.

Interrogé sur la présence de Javad Zarif à Biarritz, le président américain s'est contenté d'un "no comment", un responsable de la Maison Blanche qualifiant ensuite cette rencontre de "surprise" pour le président américain.

Reste le risque pour Emmanuel Macron de passer pour un gesticulateur dont les initiatives séduisantes n'aboutissent pas.

Dans la matinée, des sources diplomatiques avaient déclaré que les chefs d'État avaient "chargé le président français de discuter avec l'Iran, sur la base de leurs échanges, et de lui adresser un message".

Recommande: