Voici Fiodor, le robot russe qui va aller dans l'espace

24 Août, 2019, 04:21 | Auteur: Lynn Cook
  • La Russie lance Fedor son premier robot humanoïde vers l’ISS

C'est ce jeudi 22 août que la fusée russe s'est envolée pour la Station Spatiale Internationale (ISS). Baptisé Fedor et portant le numéro d'identification Skybot F850, il a décollé à 6h38 (heure de Moscou) à bord d'une fusée Soyouz depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, pour rejoindre l'ISS (Station Spatiale Internationale). C'est à bord d'une fusée Soyouz - seul modèle de lanceur russe capable d'envoyer un équipage dans l'espace - que la machine effectue son voyage. Le robot doit arriver à l'ISS samedi et y rester dix jours, jusqu'au 7 septembre.

" C'est parti, c'est parti ", a lancé le robot au moment du lancement, selon la séquence retransmise à la télévision, reprenant les mots prononcés par Youri Gagarine lors de son départ pour le premier vol d'un homme dans l'espace en 1961. Fiodor est un prénom russe, mais sa transcription anglaise, Fedor, correspond également à l'acronyme de Final Experimental Demonstration Object Research.

Quant au robot en lui-même, il pèse quelque 180 kilos pour une taille de 1,80 mètre. Fedor possède en effet des comptes sur les réseaux sociaux, comme Instagram ou Twitter, depuis juillet dernier, où il est possible de suivre son apprentissage. Que cache encore l'espace? Attendu par le cosmonaute russe Alexandre Skvortsov qui sera chargé de le superviser durant son séjour sur l'ISS, Fedor devra réaliser différentes tâches. Parmi ses principaux savoir-faire figure notamment celui d'imiter les mouvements humains, ce qui veut dire qu'il pourrait aider les astronautes à réaliser leurs tâches.

Ses opérations l'amèneront à manier un tournevis ou encore des clés, a précisé Alexandre Blochenko, directeur des programmes prometteurs à l'Agence spatiale russe (Roskosmos), dans un entretien au journal Rossiïskaïa Gazeta.

Si Fedor est le premier robot russe envoyé vers l'espace, plusieurs humanoïdes ont déjà été mis en orbite par d'autres pays. Il est revenu sur Terre l'an dernier, en raison de problèmes techniques.

De son côté, le Japon a expédié dans l'espace en 2013 un petit robot appelé Kirobo, en même temps que le premier commandant japonais de l'ISS, Koichi Wakata. A terme, des robots de ce type pourraient effectuer les opérations les plus dangereuses, comme les sorties dans l'espace.

Malgré les promesses récentes très ambitieuses du Kremlin dans le domaine spatial, le secteur a enchaîné ces dernières années d'humiliants accidents et scandales de corruption.

Recommande: