Une enquête pour "viols" et "agressions sexuelles" ouverte en France — Affaire Epstein

23 Août, 2019, 19:46 | Auteur: Lynn Cook
  • VIDEO. La veille de l'arrestation de Jeffrey Epstein son ami français Jean Luc Brunel faisait la fête à Paris

Le parquet de Paris a ouvert " une enquête préliminaire des chefs de viols, viols sur mineurs de plus de 15 ans, viols sur mineurs de 15 ans, agressions sexuelles, agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans, agressions sexuelles sur mineurs de plus de 15 ans, association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes et association de malfaiteurs en vue de commettre des délits punis d'au moins 5 ans d'emprisonnement ", peut-on lire dans un communiqué.

Le procureur Rémy Heitz a déclaré que "Les investigations, confiées à l'Office central de répression des violences faites aux personnes, auront pour objet de mettre au jour d'éventuelles infractions commises non seulement sur le territoire national, mais aussi à l'étranger au préjudice de victimes françaises ou à l'encontre d'auteurs de nationalité française".

Dans un communiqué, elle a indiqué qu'elle réserverait "à l'autorité judiciaire la teneur des informations et témoignages dont elle a été rendue destinataire au cours des dernières semaines".

A la fin juillet, le parquet de Paris avait été saisi par l'association Innocence en danger qui avait expliqué avoir reçu dix témoignages de victimes, qui auraient été agressées en France, par le milliardaire.

Au sein du gouvernement, les secrétaires d'Etat Marlène Schiappa (Egalité femmes/hommes) et Adrien Taquet (protection de l'enfance) avaient réclamé l'ouverture d'une enquête en France, deux jours après le suicide par pendaison du financier dans sa cellule new-yorkaise le 10 août.

Selon des médias anglo-saxons, la victime assurait que c'est le Français Jean-Luc Brunel, ancien proche d'Epstein, qui aurait envoyé ces jeunes filles.

Quel rôle pour Jean-Luc Brunel? Déjà condamné aux États-Unis, en 2008, il avait évité un procès et avait été condamné à 13 mois de prison grâce à un accord de plaider-coupable.

L'ONG "Innocence en danger" avait écrit une lettre au procureur de la République de Paris affirmant qu'ils existait des victimes françaises de Jeffrey Epstein: "De source fiable, "Innocence en Danger" a eu confirmation récemment que plusieurs victimes du réseau prostitutionnel, créé par Jeffrey Epstein et ses complices, sont également de nationalité française", affirmait cette lettre.

Aujourd'hui disparu des radars, le septuagénaire a toutefois été aperçu début juillet dans une soirée huppée près de Paris.

Recommande: