Pékin impose de nouveaux droits de douane, Trump promet une réplique

23 Août, 2019, 21:54 | Auteur: Aubrey Nash
  • La Chine compte imposer de nouveaux droits de douane sur des importations américaines

Depuis le début de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, Washington a imposé des taxes douanières supplémentaires sur l'équivalent de 250 milliards de dollars de biens chinois importés.

C'est à ce nouveau coup qu'a réagi Pékin vendredi avec des mesures reflétant les représailles américaines, mais sur seulement 75 milliards de dollars de produits importés des Etats-Unis.

Donald Trump a promis vendredi de répondre avec force aux nouveaux droits de douane imposés par Pékin, sur un ton faisant craindre que la guerre commerciale qui pèse déjà sur l'économie mondiale ne s'enflamme encore davantage.

"Le marché reste bloqué sur la dernière impression, sur la dernière phrase", en l'occurrence les derniers tweets de Donald Trump, observe Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France, interrogé par l'AFP.

L'annonce des décisions chinoises a plongé les marchés dans le rouge. A 15h30, le CAC 40 reculait de 0,24 % à Paris et le Dax de 0,23 % à Francfort.

Washington ne peut en fait pas obliger les entreprises américains à quitter la Chine et Donald Trump n'a donné aucun détail sur la manière dont il pourrait faire appliquer sa décision. "Notre pays a perdu, stupidement, des milliards de dollars avec la Chine pendant de nombreuses années". Je ne laisserai pas ça arriver!

Pour Bill Reinsch, ancien haut responsable du département du Commerce, le président n'a que peu d'options à sa disposition pour forcer la main aux entreprises présentes en Chine et cela risquerait de pénaliser de grands groupes comme Apple, Boeing ou General Motors.

Le président américain a également indiqué sur le réseau social qu'il préciserait "dans l'après midi" sa riposte face aux nouveaux droits de douane de la Chine.

"Nos formidables entreprises américaines sont sommées de commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine, notamment en faisant revenir les entreprises CHEZ NOUS et en fabriquant leurs produits aux États-Unis", a tempêté le président des États-Unis, pour qui "nous n'avons pas besoin de la Chine et, honnêtement, nous irions bien mieux sans elle". Il a ensuite terminé sa série de tweets par quelques mots sur le Fentanyl, puissant analgésique opioïde à l'origine d'une crise de santé publique aux Etats-Unis et dont la Chine est l'un des principaux producteurs.

"Aussi, j'ordonne à tous les transporteurs, y compris Fed Ex, Amazon, UPS et la Poste, à RECHERCHER & REFUSER, toutes les livraisons de Fentanyl de Chine (ou ailleurs!). Nous allons continuer comme ça!"

Recommande: