Mystère autour du sort d'un employé consulaire britannique — Hong Kong

23 Août, 2019, 18:40 | Auteur: Lynn Cook
  • Pékin confirme la détention d'un employé du consulat de Grande-Bretagne à Hong Kong

La police de Hong Kong avait confirmé l'ouverture une enquête pour un cas de disparition le 9 août.

Les autorités britanniques se disent "très préoccupées" par le sort d'un employé de leur consulat à Hong Kong.

Geng a affirmé que la Déclaration conjointe sino-britannique avait résolu les dernières questions historiques de Hong Kong, et que les droits et les obligations du Royaume-Uni stipulés par la déclaration avaient déjà été mis en œuvre depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré mercredi que le travailleur, identifié comme étant Simon Cheng Man-Kit, avait été arrêté à la ville frontalière de Shenzhen.

Le consulat canadien n'a pas dit si l'interdiction appliquée à son personnel était liée à cet incident avec l'employé diplomatique britannique.

Sa famille, dévoilant son identité sur Facebook, a déclaré que Simon Cheng s'était rendu le 8 août à Shenzhen, dans la province de Guangdong, à une heure de Hongkong, pour un rendez-vous d'affaires.

Légalement, il pourrait être libéré à la fin des 15 jours de " détention administrative ".

"Les affaires de Hong Kong sont les affaires intérieures de la Chine et la gouvernance de Hong Kong par le gouvernement chinois est basée sur la Constitution de la Chine et la Loi fondamentale de Hong Kong", a-t-il indiqué. " Il s'agirait alors d'une détention dite criminelle".

Depuis le début des manifestations dans l'ancienne colonie britannique, les relations entre Pékin et Londres sont tendues. Nombreux sont ceux qui craignent désormais pour.

La situation est suivie de près par Pékin, de tellement près d'ailleurs que les autorités chinoises auraient mené une campagne sur les réseaux sociaux pour discréditer la mobilisation pro-démocratie à Hong Kong. Son épouse vivant à Londres n'a reçu à ce jour aucune nouvelle de son mari.

Enfin, deux ressortissants canadiens Michael Kovrig, de l'organisme Transparency International, et l'homme d'affaires Michael Spavor, ont été arrêtés et inculpés en décembre 2018 " pour espionnage ".

Recommande: