La Fed agira pour préserver la croissance américaine, promet Jerome Powell

23 Août, 2019, 23:57 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le Dow Jones a connu 7 de ses 10 plus grosses chutes sous Donald Trump

Après un recul de 1% jeudi, le CAC 40 a passé une bonne partie de la journée dans le vert, avec un rebond de l'ordre de +0,7% vers midi, la confiance dominant chez les opérateurs à l'approche du symposium des banquiers centraux à Jackson Hole (Wyoming).

Aux alentours de 16H20 GMT, le Dow Jones Industrial Average perdait 1,53%, l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 2,02% et l'indice élargi S&P 500 reculait de 1,9%.

"Le marché reste bloqué sur la dernière impression, sur la dernière phrase", en l'occurrence les derniers tweets de Donald Trump, observe Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France, interrogé par l'AFP.

Au même moment, Pékin a annoncé vendredi son intention d'imposer de nouveaux droits de douane sur 75 milliards de dollars d'importations en provenance des États-Unis d'ici la fin de l'année. Ce dernier a "ordonné" aux entreprises américaines de trouver une alternative à la production en Chine.

Pour sa part, Jerome Powell, qui a été nommé par Donald Trump début 2018 avant de rapidement tomber en défaveur, avance sur une voie étroite.

La place parisienne était "relativement calme jusqu'à cette annonce mais elle n'a pas beaucoup sanctionné en attendant le discours de Powell", décrit M. Rozier.

Le président a toujours protesté contre la Fed, qui avait réduit son taux directeur de 25 points de base lors de sa dernière réunion.

"Nous aurons, espérons-le, davantage de clarté sur les futures baisses de taux quand M. Powell va parler vendredi, mais il y a peu de signes que la Fed veuille résister aux marchés", explique Michael Pearce, économiste pour Capital Economics. On n'en doutait pas.

"Comme d'habitude, la Fed n'a RIEN FAIT", s'est insurgé le président américain sur Twitter après un discours prudent de Jerome Powell, qui a assuré que la Fed allait agir de "façon appropriée" pour soutenir l'expansion économique des États-Unis.

Le président américain Donald Trump a accentué mercredi la pression sur la Réserve fédérale pour qu'elle abaisse ses taux d'intérêt, affirmant que sa politique entravait la croissance des Etats-Unis et freinait la compétitivité économique du pays.

La prochaine réunion monétaire de la Banque centrale américaine est prévue les 17 et 18 septembre et les marchés s'attendent largement à une nouvelle baisse des taux.

Parmi les rares valeurs dans le rouge figuraient Total (-0,37% à 44,23 euros) et TechnipFMC (-0,32% à 21,81 euros) qui reculaient un peu dans le sillage des cours du pétrole.

Recommande: