Acquittement d'une femme jugée pour homicide après avoir perdu son bébé — Salvador

21 Août, 2019, 07:21 | Auteur: Lynn Cook
  • Acquittement d'une femme jugée pour homicide après avoir perdu son bébé — Salvador

Un cas qui n'a rien d'inhabituel au Salvador, où les juges estiment que toute perte du bébé constitue un "homicide aggravé", ce qui est passible de 30 à 50 ans de réclusion.

Evelyn Hernandez, jeune femme du Salvador qui encourait 30 à 50 ans de prison pour l'homicide de son bébé, a été acquittée lundi, a annoncé une de ses avocates, dans ce pays où la législation anti-IVG est l'une des plus strictes du monde. Transférée à l'hôpital de la ville de Cojutepeque (centre), elle avait été arrêtée et accusée d'homicide, a expliqué son avocate Elizabeth Deras. L'avortement est quant à lui puni de deux à huit ans de prison.

L'avocate d'Evelyn Hernandez, Bertha Maria Deleon, a indiqué que l'acquittement avait été prononcé faute de preuves: "Le juge a été assez juste: il a dit qu'il n'y avait pas moyen de prouver le délit, et c'est pour cela qu'il a prononcé l'acquittement. Il a dit qu'il s'agissait d'un accouchement difficile".

"Tout le temps passé (en prison) a été dur", a souligné la jeune femme, mais "Grâce à Dieu, justice a été rendue". Le juriste, qui faisait partie de l'équipe de la défense, a déploré que beaucoup de femmes soient poursuivies au Salvador "en raison de convictions religieuses" plus que pour des motifs juridiques. Depuis hier, jeudi 15 août, Evelyn Hernandez, jeune Salvadorienne de 21 ans, est à nouveau devant la justice après avoir passé 33 mois derrière les barreaux. Cette condamnation avait été révoquée par la Cour suprême en février, et Hernandez était sortie de prison.

L'affaire remonte au 6 avril 2016, lorsque la jeune femme donne naissance à un bébé dans des toilettes. Victime pendant plusieurs années de viols par l'un des puissants chefs de gang de son quartier, elle avait dans un premier temps dénoncé son agresseur qui aurait abusé d'elle à de nombreuses reprises pendant son adolescence.

Amnesty International a salué dans un communiqué "une victoire éclatante pour les droits des femmes au Salvador": "aucune femme ne doit être mise injustement en accusation pour homicide pour le simple fait d'être confrontée à une urgence obstétrique". Actuellement au Salvador, 16 femmes sont en prison pour avoir eu recours à l'avortement.

Recommande: