La cheffe de l'exécutif espère un "retour au calme" — Hong Kong

20 Août, 2019, 20:38 | Auteur: Sue Barrett
  • Marée humaine dans les rues de Hong Kong

L'ambassade d'Ottawa exhorte le Canada "à respecter le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, à respecter de bonne foi la souveraineté de la Chine et à cesser immédiatement de s'immiscer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine". " Nous voulons montrer au monde entier que les Hongkongais sont pacifistes, a déclaré dimanche Bonnie Leung, un porte-parole du FCDH".

Ce parc proche du quartier très commerçant de Causeway Bay est de longue date emblématique de la contestation à Hong Kong.

La cheffe de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a déclaré mardi 20 août qu'elle espérait que la mobilisation pacifique du week-end était le début d'un effort visant à restaurer la paix et que le gouvernement allait discuter avec les manifestants pacifiques et traiter les plaintes contre la police.

Dans la crise qui se joue à Hong Kong, les Américains mettent de plus en plus la pression sur la Chine.

De quoi ternir l'image du mouvement de contestation et conforter Pékin, qui n'a pas hésiter à parler de "terrorisme" et fait planer la menace d'une intervention militaire.

La propagande chinoise a abondamment repris les images des dérapages à l'aéroport, dans l'espoir de décrédibiliser la mobilisation. La manifestation ce dimanche est à cet égard un test de détermination des militants pro-démocratie, et de la popularité de leur mouvement.

D'autres reconnaissaient une hausse de la violence dans les rangs des contestataires, les manifestations dégénérant de plus en plus souvent en heurts entre la police et des radicaux n'hésitant plus à lancer des pierres ou des cocktails molotov, et à utiliser des frondes.

Avec cette manifestation voulue pacifique, les organisateurs entendent démontrer que la colère est intacte et le mouvement toujours aussi populaire, malgré les scènes de violences de ces derniers jours. Une déclaration qui sonne comme une mise en garde depuis la diffusion d'images d'une centaine de camions et de blindés de transport de troupes chinois dans un stade de Shenzhen, en banlieue du territoire autonome.

Les autorités justifient ces interdictions par les violences de plus en plus fréquentes lors des cortèges, les manifestants s'en prenant aux commissariats.

Samedi déjà, des milliers d'enseignants avaient manifesté.

Certains manifestants s'en sont pris aux locaux de la Fédération des syndicats, une organisation pro-Pékin, les couvrant de graffitis et les bombardant d'oeufs. Des milliers de partisans du gouvernement s'étaient également réunis dans l'après-midi dans un parc pour critiquer le mouvement pro-démocratie et soutenir la police.

Les Etats-Unis sont "très préoccupés" par "les mouvements paramilitaires chinois" à la frontière avec Hong Kong et appellent la Chine à "respecter le haut degré d'autonomie" de l'ex-colonie britannique, a déclaré mercredi le département d'Etat. Mais de plus en plus de personnes ont le sentiment que Pékin cherche à accroître sa mainmise sur le petit territoire.

Ils utilisent aussi une technique plus inattendue: chanter "Les misérables", de Michel Sardou. Sur twitter, un internaute publie cette vidéo avec la légende: " voici pourquoi nous ne céderons jamais".

Recommande: