Il grimpe un gratte-ciel pour la paix à Hong Kong

18 Août, 2019, 08:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Le

Alors que le temps était chaud et humide, il a escaladé les 68 étages du Cheung Kong Center situé dans le quartier financier, au centre de Hong Kong. Ce qui représente 283 mètres.

À 57 ans, ce grimpeur spécialisé dans l'escalade d'immeubles sans corde voulait avant tout "faire baisser la température et provoquer des sourires", alors que l'ex-colonie britannique vit la pire crise économique de son histoire pour réclamer plus d'indépendance vis-à-vis de la Chine continentale.

Des passants immortalisent le drapeau de la paix, accroché sur un immeuble de Hong Kong par Alain Robert, ce vendredi 16 août 2019.

Mais le message n'a pas pour autant convaincu tout le monde. Il a, par la suite, déployé une "banderole de la paix" où figurait les drapeaux chinois et hongkongais réunis, ainsi qu'une poignée de mains.

Avant de commencer à escalader le bâtiment, le Français a rendu public un communiqué pour expliquer que cette action était "un appel urgent à des consultations entre les Hongkongais et leur gouvernement".

Des manifestations ont commencé à Hong Kong début juin en réponse au projet de l'administration locale de modifier la loi sur l'extradition. "C'est en tout cas ce que j'espère", explique-t-il dans le document. "Voulez-vous vraiment serrer la main des bouchers et des dictateurs?", a tweeté le caricaturiste chinois Badiucao, dissident basé en Australie.

Il n'en est pas à sa première ascension à Hong Kong, mais celle-ci fait vivement réagir.

Sur fond de menace d'intervention de l'armée chinoise à Hong Kong, et d'un week-end crucial pour le mouvement prodémocratie, le Français Alain Robert a tenté d'apaiser les tensions, vendredi matin, du haut d'un gratte-ciel de 68 étages.

Recommande: