Corée du Nord : essai d'une "nouvelle arme" pour Kim Jong Un

18 Août, 2019, 01:55 | Auteur: Lynn Cook
  • PRESS Il s’agit du sixième lancement de ce genre depuis la fin juillet

La Corée du Nord a lancé vendredi matin deux projectiles non identifiés depuis sa côte est, a rapporté à Séoul l'état-major de l'armée sud-coréenne, ce qui laisse à penser que Pyongyang a procédé à de nouveaux essais de missiles et qu'il les multiplie depuis près de trois semaines. Ce dernier a indiqué que ces projectiles avaient été tirés depuis les environs de Tongchon, une ville de la province de Kangwon, située dans le sud-est de la Corée du Nord, et étaient tombés dans la mer de l'Est, également appelée mer du Japon.

La Corée du Nord a annoncé avoir testé une "nouvelle arme" vendredi. Mais le Nord se garde généralement d'effectuer des essais d'armes pendant ces exercices militaires. La Corée du Nord a toujours réprouvé ces exercices annuels qu'elle considère comme une activité hostile et comme la préparation d'une future invasion de son territoire.

Avant le lancement des manoeuvres actuelles, Pyongyang avait prévenu que leur maintien compromettrait la reprise annoncée des discussions entre Pyongyang et Washington sur la dénucléarisation.

L'annonce de l'agence officielle intervient alors que Pyongyang a qualifié la veille le président sud-coréen Moon Jae-in d'"impudent" et rejeté son souhait de reprendre les discussions intercoréennes tout en poursuivant des manoeuvres militaires avec les Etats-Unis.

Cette déclaration avait été adoptée lors d'une rencontre impromptue de Kim Jong-un avec le président des Etats-Unis Donald Trump à Panmunjom, dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Corées.

Pyongyang effectue ces lancements successifs depuis la fin de juillet pour manifester sa colère devant les manœuvres militaires conjointes effectuées par les forces américaines et sud-coréennes. "Nous n'avons plus rien à discuter avec les autorités sud-coréennes et nous n'avons aucune intention de nous réunir de nouveau avec elles", déclare le document.

La Corée du Nord a exclu dans le communiqué publié vendredi une reprise prochaine des pourparlers avec la Corée du Sud.

Depuis le début de cette série d'essais, Donald Trump en a minimisé l'importance, déclarant notamment qu'il s'agissait de missiles à courte portée dont le lancement ne constituait pas une violation de ce qui a été convenu depuis le début du dialogue entre Kim Jong-un et le président américain. Donald Trump a même critiqué, comme Kim Jong Un, les manoeuvres conjointes américano-sud-coréennes, relevant en particulier leur coût élevé.

Recommande: