Mystère autour de l’explosion nucléaire dans une base militaire russe

13 Août, 2019, 20:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • La base dans la région d'Arkhangelsk est spécialisée dans les essais de missiles pour la marine

Nous remplirons les devoirs que nous a confié notre Patrie. La ville voisine de Severodvinsk, qui abrite 190.000 habitants, assure toutefois que ses capteurs ont "enregistré une brève hausse de la radioactivité".

La base, ouverte en 1954 et spécialisée dans les essais de missiles de la flotte russe (notamment des missiles balistiques), est située près du village de Nionoksak, dans le Grand Nord russe.

Une mesure confirmée ce mardi par l'agence russe de la météorologie, qui indique que le taux de radioactivité a dépassé jeudi jusqu'à 16 fois le taux habituel. Le niveau de radiation serait monté jusqu'à 2.0 microsievert par heure pendant trente minutes, la limite réglementaire étant de 0,6 microsievert par heure, selon un responsable local de la défense civile interrogé par l'agence de presse russe TASS. Selon l'agence, ils travaillaient sur "de nouveaux armements" et fournissaient de l'ingénierie et un soutien technique pour "la source d'énergie isotopique" du moteur d'un missile en train d'être mis au point. "Ce sont des héros de la Russie", a clamé lors de l'enterrement le directeur du centre de Sarov, Valentin Kostyukov, cité par le Washington Post "Ils ont pris une double responsabilité: en plus d'avoir développé des technologies et des produits uniques, ils ont pris le risque physique de mener les tests", a-t-il continué. La ville de Sarov, qui accueille le principal centre de recherches nucléaires russe, avait décrété, le 11 août, une journée de deuil. "Ce qui s'est passé était imprévisible", a de son côté déclaré Alexander Chernishev, directeur scientifique de ce centre.

Des experts américains ont estimé que l'accident - dont les autorités n'ont reconnu le caractère nucléaire que samedi - pourrait être lié aux tests du missile de croisière Bourevestnik, l'une des nouvelles armes invincibles vantées par le président Vladimir Poutine en début d'année.

L'OTAN a donné à ce missile russe le nom de "SSC-X-9 Skyfall".

Vladimir Poutine, qui a fêté ses 20 ans au pouvoir il y a quelques jours, l'avait dévoilé en février dernier, lors d'un discours annuel au Parlement, aux côtés de plusieurs nouvelles armes aériennes et sous-marines qu'il avait qualifiées d'"hypersoniques, invisibles ou invincibles". Le président américain Donald Trump a affirmé lundi en savoir "beaucoup" sur l'explosion, assurant même que les Etats-Unis avaient une arme similaire, une affirmation immédiatement démentie par un expert respecté.

"Les États-Unis en ont appris beaucoup sur l'explosion d'un missile défectueux en Russie". Joseph Cirincione, président d'une fondation qui milite pour une dénucléarisation globale, lui a rétorqué: "Voilà qui est bizarre".

Ces déclarations de Moscou interviennent dans un contexte de tension entre les deux pays depuis que les Etats-Unis sont officiellement sortis du traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (INF) signé en 1987. "Nous n'avons pas de programme de missile de croisière à propulsion nucléaire", a répliqué, lui aussi sur Twitter, l'expert américain Joe Cirincione.

Recommande: