Acmé des tensions à Hong Kong : les manifestants prennent d'assaut le métro

06 Août, 2019, 15:39 | Auteur: Sue Barrett
  • Acmé des tensions à Hong Kong : les manifestants prennent d'assaut le métro

Dans le métro, si certains voyageurs étaient irrités par le chaos créé par l'action des manifestants, d'autres exprimaient au contraire leur soutien au mouvement, après deux mois de manifestations sans précédent visant à protéger les libertés à Hong Kong.

"Nous avons vu récemment, c'est très clair, que les gens proposent de manière impertinente de "reprendre Hong Kong, la révolution de notre temps" (.) et de contester la souveraineté nationale du pays", a déclaré Carrie Lam lors de cette conférence de presse, en faisant référence à un slogan couramment utilisé lors des manifestations. Dans un discours aux airs martiaux, celle-ci a déclaré: " J'ose affirmer que cela vise à renverser Hongkong, à détruire complètement la précieuse vie de plus de sept millions de personnes.

La mégapole du sud de la Chine, qui traverse sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession en 1997 par Londres, a déjà connu huit week-ends consécutifs de manifestations de plus en plus souvent suivies d'affrontements entre de petits groupes radicaux et les forces de l'ordre.

Cette action coup de poing a eu pour effet de paralyser le trafic, alors que des files d'attente de milliers d'usagers se formaient dans les couloirs et aux abords des stations.

Face à l'ampleur des perturbations, la cheffe de l'exécutif local, Carrie Lam, qui faisait ces derniers temps profil bas, est sortie de sa réserve lundi pour attaquer frontalement les manifestants et leur promettre la fermeté. Les manifestants qui combattent le gouvernement depuis deux mois ont élaboré un programme avec cinq revendications minimales: 1) le retrait complet de la loi d'extradition qui est actuellement suspendue et qui a été à l'origine de la mobilisation; 2) le retrait de la qualification " d'émeutes " quant aux manifestations pacifiques du 12 juin; 3) une enquête indépendante sur les violences policières subies par les manifestants et la libération inconditionnelle des centaines de manifestants arrêtés; 4) une dissolution de la législature actuelle et l'instauration du suffrage universel; 5) la démission de la cheffe de l'exécutif Carrie Lam.

"Le gouvernement sera ferme pour maintenir la loi et l'ordre et rétablir la confiance", a-t-elle dit.

Depuis la rétrocession de Hong Kong, le gouvernement central a souligné à maintes reprises qu'il garantirait que le principe "un pays, deux systèmes" reste inchangé, et que ce principe soit inébranlablement respecté et entièrement appliqué sans aucune distorsion ni modification. Une fois de plus, la police a assailli les opposants en envoyant du gaz lacrymogène et des tirs de munitions équivalentes au LBD. Les revendications se sont depuis élargies à la dénonciation du recul des libertés dans l'ex-colonie britannique ou à l'exigence de réformes démocratiques.

En plus de la grève, les manifestants projettent des rassemblements dans sept quartiers de la ville.

Circulaient aussi sur les réseaux sociaux des vidéos de scènes de tension. Mais de plus en plus de voix s'inquiètent de voir Pékin bafouer cet accord et accroître sa mainmise. Au total, 14.000 travailleurs sont en grève.

Recommande: