Brexit : la menace du patron de PSA

31 Juillet, 2019, 22:08 | Auteur: Aubrey Nash
  • PEUGEOT

Dans un entretien qu'il vient d'accorder au Financial Times, Carlos Tavares, le patron du Groupe PSA a clairement et fermement expliqué que sans accord entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne dans le cadre du Brexit, il envisage très sérieusement de transférer au plus vite la production de l'usine implantée dans le Cheshire vers le sud de l'Europe.

On se souviendra qu'en juin, le Groupe PSA avait lancé un sévère avertissement au gouvernement britannique, alors dirigé par Theresa May, en prévenant qu'il fabriquerait sa nouvelle Astra (Opel ou Vauxhall) dans cette usine du nord-ouest de l'Angleterre uniquement s'il y avait un accord sur le Brexit.

Le constructeur automobile français a jusqu'à présent retenu deux usines pour le nouveau modèle de l'Astra qui sera disponible sous les marques Opel et Vauxhall (pour le Royaume-Uni), à savoir Rüsselsheim en Allemagne à partir de 2021, pour laquelle la décision est confirmée, et Ellesmere Port, dont l'avenir dépend donc du Brexit.

La mise en garde du DG de PSA intervient alors que le nouveau Premier ministre britannique, Boris Johnson, entame les préparatifs en vue d'un Brexit sans accord le 31 octobre, ce qui impliquera des contrôles et des tarifs douaniers pour les importateurs et exportateurs du secteur automobile.

"Je préfère confier la construction de (la nouvelle Astra, ndlr) à Ellesmere Port, mais si les conditions sont mauvaises, je dois protéger le reste de la société", a souligné le DG de PSA.

L'Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT) a d'ailleurs écrit, le 26 juillet, à Boris Johnson en répétant qu'un Brexit sans accord "n'est simplement pas possible".

Le secteur automobile s'inquiète d'autant plus du scénario d'un Brexit sans concession qu'il est déjà fragilisé par plusieurs annonces récentes de fermetures d'usines, par le japonais Honda et l'américain Ford notamment, qui ont eu un effet retentissant au Royaume-Uni, sur fond de ralentissement économique mondial et de désaffection pour le diesel.

Recommande: