Laits infantiles hypoallergéniques, un risque d'inefficacité?

27 Juillet, 2019, 03:58 | Auteur: Jonathan Ford
  • Les préparations hypoallergéniques ne réduiraient pas le risque d’allergies chez les nourrissons

Sceptique sur l'efficacité de ces laits infantiles, une équipe de chercheurs de l'Institut national de recherche agronomique (INRA) et de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) s'est penchée sur le sujet.

Mais en réalité, les laits hypoallergéniques ne diminuent pas le risque d'allergie et pourraient peut-être même l'aggraver, selon une étude de l'Inserm et de l'Inra publiée il y a quelques semaines dans la revue "Pediatric Allergy and Immunology ".

Ici, les chercheurs ont observé la relation entre la consommation de ces préparations, contenant des protéines partiellement hydrolysées, et la survenue de manifestations allergiques comme l'eczéma, les sifflements respiratoires, l'asthme et les allergies alimentaires. Leur effet protecteur est censé s'expliquer par le fait qu'ils contiennent des protéines de lait fragmentées en petits morceaux. Autrement dit, ils ne prouvent pas que c'est bien l'usage de ces laits hypoallergéniques qui augmente le risque d'allergies, mais montrent simplement une association entre les deux. "Au contraire, l'utilisation de préparations hypoallergéniques chez des enfants de 2 mois sans signe d'allergie à cet âge était associée, dans les années qui suivent, à un risque plus élevé de sifflements respiratoires et d'allergies alimentaires", notent les auteurs de l'étude.

En effet, mené auprès de 15 000 enfants suivis de la naissance à l'âge de 2 ans dans le cadre de l'étude ELFE (Étude Longitudinale Française depuis l'Enfance), leur travail révèle " aucun effet protecteur de ces produits contre d'éventuelles manifestations allergiques comparativement aux préparations infantiles classiques ". Mais l'efficacité de ces préparations est controversée: " trop peu de données sont disponibles sur leur influence dans la prévention des allergies en conditions réelles d'utilisation ". Ce lien doit toutefois être confirmé par de futures études, estiment les chercheurs. Reste que ces résultats "soulignent la nécessité de réaliser des études cliniques sur ces préparations avant de promouvoir leur potentiel effet hypoallergénique", insistent les chercheurs. "La société américaine de pédiatrie et la société suisse de pédiatrie ont récemment retiré leur recommandation vis-à-vis de ces préparations infantiles", souligne par ailleurs l'Inserm dans un communiqué.

Actuellement, le marché européen du lait infantile est le plus réglementé et surveillé des marchés alimentaires, mais l'attention est surtout portée sur la sécurité sanitaire. En effet, 5 % des bébés âgés de deux mois ont reçu des préparations hypoallergéniques alors que la moitié d'entre eux n'avait pas besoin de cette prescription puisqu'ils n'avaient aucun antécédent familial d'allergie.

Recommande: