" "La couverture vaccinale dans le monde stagne " dangereusement " selon l'ONU

19 Juillet, 2019, 08:12 | Auteur: Jonathan Ford
  • Santé publique : les taux de vaccination stagnent

Il y a une "dangereuse stagnation des taux de vaccination dans le monde, due aux conflits, aux inégalités et à une complaisance", a indiqué l'ONU, très inquiète en particulier face à l'épidémie de rougeole (archives). Selon le rapport de l'ONU, depuis 2010, les experts ont constaté que le "taux de couverture mondial pour la vaccination de base contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTP) et la rougeole stagne à 86 %". Ainsi, pour lutter contre des maladies potentiellement mortelles, il faut que la couverture vaccinale atteigne 95 %, ce qui n'est pas le cas. Ces enfants vivent principalement dans les pays les plus pauvres, là où ils sont justement le plus exposés aux risques. De ce fait, près de la moitié de ces enfants non vaccinés vivent uniquement dans 16 pays selon la même source, à savoir: l'Afghanistan, l'Éthiopie, Haïti, l'Iraq, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Pakistan, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud, la Syrie, le Tchad et le Yémen. De manière inacceptable, ce sont souvent les personnes les plus à risque: les plus pauvres, les plus marginalisées, celles qui sont touchées par un conflit ou forcées de quitter leur domicile.

En 2018, par exemple, le nombre de cas de rougeole dans le monde a plus que doublé, passant à près de 350 000.

En plus d'être difficiles à soigner dans ces régions, fautes d'infrastructures de soins en nombre suffisant, les maladies infectieuses se transmettent d'autant plus facilement que les populations sont en mouvement. L'ensemble des pays a été touché par cette épidémie, même les plus développés. "Parce que la rougeole est une maladie extrêmement contagieuse, une flambée cible les communautés qui n'ont pas bénéficié des vaccins du fait de problèmes d'accès, de coûts ou, parfois, d'un relâchement de la vigilance. Nous ne devons épargner aucun effort pour vacciner chaque enfant ". Un bon début, mais encore insuffisant pour l'ONU, qui souligne que "les femmes les plus exposées aux conséquences dévastatrices du cancer du col de l'utérus restent encore les moins susceptibles d'avoir accès au vaccin".

"La rougeole est un indicateur en temps réel des endroits où nous devons renforcer nos interventions pour combattre des maladies évitables", a déclaré Henrietta Fore, la directrice générale de l'UNICEF.

L'Ukraine est en première position sur la liste variée des pays où le taux d'incidence signalé de la rougeole est le plus élevé en 2018.

Notons enfin que, pour la première fois, des données sont aussi disponibles pour ce qui est de la couverture vaccinale contre le papillomavirus humain (HPV), qui protège en partie les jeunes filles du cancer du col de l'utérus. Depuis 2018, 90 pays ont introduit ce vaccin dans leur programme national de vaccination.

Recommande: