Le musicien antiapartheid Johnny Clegg ne dansera plus

18 Juillet, 2019, 13:55 | Auteur: Sue Barrett
  • Johnny Clegg: le chanteur sud-africain est mort à l'âge de 66 ans

Le chanteur sud-africain Johnny Clegg est décédé ce mardi d'un cancer à l'âge de 66 ans. Ils se sont mariés le 26 mars 1989 lors d'une grande fête traditionnelle zoulou et ont eu deux fils, Jaron et Jesse. "Une voix bien-aimée, inspirante et héroïque s'est tue", s'est ému, dans un communiqué, le président Cyril Ramaphosa, qui a déploré la disparition d'"une icône de la cohésion sociale et du non-racialisme". "Nous continuerons à chanter Asimbonanga et nous continuerons à œuvrer pour le pays de ses rêves", a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

D'abord interdite par le régime, la chanson, qui demeure encore à ce jour son tube planétaire le plus connu, érige Johnny Clegg au rang de symbole de la lutte contre la ségrégation raciale en Afrique du Sud.

Par l'invention musicale et le mouvement, Johnny Clegg proclamait la fraternité dont son pays était privé, toujours englué dans l'apartheid.

Des concerts à Angoulême, La Rochelle et PoitiersIl a chanté en 1986, 1988, 1995, 2005 et 2007 à Musiques Métisses à Angoulême mais Johnny Clegg s'était aussi produit dans d'autres villes de la région. Hier, la star sud-africaine Johnny Clegg s'est éteinte à l'âge de 66 ans.

Rendons hommage au combattant anti-apartheid, qui inlassablement a accompagné la lutte de libération de Nelson Mandela emprisonné pendant 27 ans à Robben Island.

"Ses chansons ont bercé mon enfance".

Sa carrière se poursuivra au-delà des années 2000 et 2010 avec la sortie de quatre nouveaux albums entre 2002 et 2010. Renaud se rend également en Afrique du Sud dans le but d'interviewer l'artiste pour l'émission " Les enfants du rock ". Alors que la société sud-africaine reste profondément divisée et marquée par les inégalités héritées de son passé, le chanteur-compositeur a continué, jusqu'au bout, à proclamer ostensiblement sa foi en la "nation arc-en-ciel".

Après une nouvelle rémission d'un cancer du pancréas diagnostiqué en 2015, il se lance deux ans plus tard dans une tournée mondiale d'adieu dont il réussira à honorer toutes les dates, les dernières en 2018. Avec, sans doute, la volonté d'arracher encore quelques pierres aux murs qui persistent et sont érigés, en Afrique du Sud et ailleurs.

Recommande: