Internet - FaceApp, l'application qui vieillit les visages : qu'est ce que c'est ?

18 Juillet, 2019, 23:18 | Auteur: Sue Barrett
  • Autre exemple cette fois en version jeune

Mais l'application qui est devenue l'une des plus téléchargées sur IOS et Android, ne permet pas seulement à ses utilisateurs de se vieillir, de nombreux autres filtres sont disponibles, permettant ainsi de se rajeunir, changer de coiffure, changer de teint. FaceApp est actuellement l'application gratuite la plus téléchargée sur Google Play, avec plus de 100 millions d'utilisateurs.

Plusieurs mises en garde ont été faites aux Etats-Unis notamment par le chef de file démocrate au Sénat, Chuck Schumer. Reste que, selon Le Figaro, l'application n'est pas en règle avec le Règlement européen des données personnelles puisque ses conditions d'utilisation n'ont pas été modifiées depuis l'entrée en vigueur de la RGPD.

Le sénateur américain Chuck Schumer estime que " le FBI et la FTC doivent évaluer les risques pour la sûreté nationale et la vie privée car des millions d'Américains ont utilisé [FaceApp] ". Pour le sénateur, "ce serait profondément préoccupant si les informations personnelles sensibles de citoyens américains étaient fournies à une puissance étrangère hostile engagée dans des cyber-hostilités contre les Etats-Unis".

Il n'empêche, soyez très prudents lorsque vous utilisez cette application. Dans un contexte de soupçon d'espionnage politique qui oppose la Russie et les États-Unis depuis la campagne présidentielle de 2016, le comité est formel: tous les membres des équipes de campagne aux primaires démocrates pour l'élection présidentielle de 2020 sont appelés à " effacer directement l'application ".

FaceApp a également souligné qu'il acceptait toujours les demandes des utilisateurs qui souhaitent supprimer toutes leurs données des serveurs. Le fondateur de FaceApp Yaroslav Goncharov a également affirmé auprès de TechCrunch que les données étaient supprimées de sa plateforme dans les 48 heures et qu'elles n'étaient pas transférées en Russie. Suite aux demandes de journalistes américains, le fondateur du service précise ne " pas vendre ni partager de données utilisateurs à des tiers ". L'application de retouche photo s'est retrouvée sous le feu des projecteurs en 2017 avec son filtre qui donnait aux gens des tons de peau clairs.

On peut lire sur le site du journal Le Monde: " Si vous êtes bien conscients de tout ce qui est écrit plus haut, et que ça ne vous pose pas de problème d'envoyer des photos de vous à une entreprise russe qui pourra faire ensuite ce qu'elle veut de vos images, vous êtes mûrs pour installer l'application.

Dans ce texte que le journal juge assez vague, FaceApp explique que l'utilisateur l'autorise à " reproduire, modifier, adapter, publier " ce contenu sans compensation.

"Aucune plainte n'a été déposée auprès de Roskomnadzor au sujet de l'application FaceApp". Les serveurs de l'application collectent tout.

Iaroslav Gontcharov, patron de la société russe, a pour sa part assuré dans une interview au Washington Post que Wireless App n'utilisait pas les photos pour d'autres fonctionnalités que l'application.

Or, ajoute-t-il, FaceApp "est la propriété d'une société basée en Russie et les utilisateurs doivent fournir un accès complet et irrévocable à leurs photos et à leurs données personnelles ",.

Recommande: