Elisabeth Borne, nouvelle ministre de la Transition écologique - Transport - Logistique

18 Juillet, 2019, 09:22 | Auteur: Sue Barrett
  • Les locaux de Mediapart à Paris

Mme Borne gardera également le portefeuille des Transports, sans pour autant prendre le titre de ministre d'État de son prédécesseur, a précisé l'Élysée.

Du côté de la droite, on est encore trop occupé à continuer de dénoncer François de Rugy pour réagir sur cette nomination: "C'est ce qu'on appelle le beurre, l'argent du beurre, et le fil à couper le beurre... et la crémière", dénonce la députée LR du Jura Marie-Christine Dalloz sur Franceinfo.

" Mon soulagement est aussi plus personnel".

Avec le Premier ministre Édouard Philippe, il a "souhaité rappeler l'importance que revêt le respect scrupuleux et strict de la séparation des activités publiques des activités plus privées".

En choisissant une remplaçante à l'intérieur du gouvernement, Emmanuel Macron échappe au délai de plusieurs jours imposé aux nouveaux entrants par les vérifications de la Haute autorité pour la transparence de la vie politique.

"Le départ de François de Rugy, l'arrivée d'Élisabeth Borne, la signature du Ceta et du Mercosur, c'est la fin de l'écologie dans ce gouvernement", a-t-il dit sur France 2.

"Elle a construit une relation avec les élus locaux à travers les différents textes qu'elle a eu à défendre, elle connaît très bien ses secrétaires d'État", Brune Poirson et Emmanuelle Wargon, et "est opérationnelle tout de suite pour défendre la loi énergie-climat" actuellement au Sénat, souligne cette même source.

Julien Bayou, porte-parole d'Europe Écologie Les Verts, ainsi que le PCF ont critiqué la décision de la ministre à propos de la ligne Perpignan-Rungis. Alors que François de Rugy occupait sa deuxième place, le gouvernement n'a pas encore annoncé l'ordre protocolaire de ses ministres. Une vidéo que de Rugy a précédée de la mention "Comment ne pas penser aux mots de François Mitterrand en hommage à Pierre Bérégovoy", faisant référence à sa propre situation.

François de Rugy a organisé au minimum une dizaine de dîners luxueux "aux frais de la République" entre 2017 et 2018, lorsque l'actuel ministre était président de l'Assemblée nationale, a affirmé Mediapart dans une enquête publiée le 10 juillet.

Recommande: