Donald Trump ne peut pas bloquer ses détracteurs sur Twitter

12 Juillet, 2019, 01:41 | Auteur: Lynn Cook
  • Donald Trump

C'est ce qu'a jugé mardi une cour d'appel fédérale.

Il a été confirmé que Donald Trump ne pouvait pas bloquer qui il voulait sur Twitter juste parce qu'il en avait envie, ce qu'il avait pourtant fait en 2017.

Dans sa décision rendue publique mardi, la cour a affirmé que Donald Trump avait bien fait de son compte Twitter, suivi par 61,8 millions de personnes, un espace public lié à ses fonctions officielles.

Néanmoins, cette affaire peut encore continuer, puisque le président Donald Trump a la possibilité de faire appel à cette décision en saisissant la Cour suprême. Le ministère américain de la Justice avait fait appel.

À l'époque, l'organisation en faveur de la liberté d'expression, Knight First Amendment Institute, avait déposé une plainte en indiquant que le président des États-Unis avait bloqué sept personnes sur le réseau social. Selon elle, répondre aux tweets présidentiels relèverait du Premier amendement de la Constitution.Un "responsable gouvernemental " utilisant les réseaux sociaux "pour toutes sortes de raisons officielles " n'est pas autorisé par le Premier amendement à "exclure, dans le cadre d'un dialogue en ligne par ailleurs ouvert, des personnes exprimant des opinions avec lesquelles ce responsable ne serait pas d'accord ".

On trouvait parmi elles un comédien new-yorkais, un professeur en sociologie du Maryland, un policier texan et une chanteuse de Seattle.

Le département de la Justice avait fait valoir que Donald Trump n'agissait pas en sa qualité de président quand il bloquait des utilisateurs, une interprétation repoussée par les juges.

"L'ironie dans tout cela, c'est que nous écrivons (ce jugement) à un moment de l'histoire de ce pays où la conduite de notre gouvernement et de ses responsables est sujette à un débat ouvert et vigoureux", a écrit le juge Barrington D. Parker, au nom des trois juges de la cour.

Recommande: