Vincent Lambert : les avocats des parents dénoncent un "crime d'Etat"

11 Juillet, 2019, 16:25 | Auteur: Sue Barrett
  • L’Église prie pour Vincent Lambert et ses proches

"J'ai d'abord une réaction de soulagement et de retrait car il faut maintenant laisser la famille se recueillir" et vivre les obsèques "dignement", a déclaré Me Chemla, peu après le décès jeudi matin à l'âge de 42 ans de ce patient en état végétatif depuis près de 11 ans. Après des années de combat judiciaire, les parents de Vincent Lambert, se sont résignés lundi à la mort "inéluctable" de leur fils. Très grièvement blessé, Vincent Lambert est dans un état végétatif, sans espoir d'amélioration pour les médecins. Ce proche de l'épouse de Vincent, Rachel Lambert, s'est exprimé lors d'une conférence de presse ce matin, place de la République à Paris: "Ce n'est pas triste: ça remet les choses dans l'ordre". Il n'aura été tenu aucun compte de la dignité de cet homme handicapé, condamné parce que handicapé. L'affaire Vincent Lambert, devenue le symbole du débat sur la fin de vie en France, est aussi l'histoire d'un déchirement familial. Car la première dignité, c'est le respect de la vie d'une personne.

"L'Etat français a réussi à faire ce à quoi s'acharnait, depuis des années, la plus grande partie de sa famille: tuer Vincent Lambert", écrit en préambule l'auteur de La Carte et le Territoire.

Selon eux, "cette faute ignoble ébranle les fondements de notre droit et de notre civilisation" et "rejaillit sur nous tous".

"À la mi-journée, les avocats des parents ont, de leur côté, dénoncé un " crime d'État ", mettant de nouveau en cause le Dr Sanchez". Les avocats des parents Lambert ont indiqué que "l'heure était désormais au recueillement" et que les parents s'exprimeraient plus tard "s'ils le souhaitent".

Alain Claeys, coauteur de la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie, a réagi dans un communiqué ce jeudi: "Le moment est à l'apaisement".

Recommande: