Le Vatican lève l'immunité de son représentant en France — Agressions sexuelles

11 Juillet, 2019, 09:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Levée de l'immunité de l'ambassadeur du pape en France:

" Le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, qui avait transmis au Saint-Siège la demande de levée de l'immunité du nonce apostolique en France présentée par le procureur de la République de Paris, a reçu confirmation de la part du Saint-Siège de sa renonciation à l'immunité pour la procédure envisagée", a indiqué le porte-parole.

Le Quai d'Orsay l'avait demandé, le Vatican a fini par obtempérer. Alors qu'il est visé par une enquête, le Vatican a en effet décidé de la lever, a annoncé lundi un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Au moins trois des plaignants reprochent à Luigi Ventura, 74 ans, des mains aux fesses appuyées.

Deux autres plaignants, dont un avait été contacté par TÊTU, s'étaient ensuite manifestés et avaient relaté des faits similaires en 2018. L'ancien agent, qui travaillait alors à la Direction de la communication (de la Ville de Paris, NDLR) "a fait l'objet des mêmes agissements" que ceux dénoncés par la première victime. Une quatrième plainte a été déposée. Ses missions concernent les relations du Vatican avec les autorités françaises d'une part et avec les évêques de France d'autre part.

Compte tenu de ses fonctions, Mgr Luigi Ventura bénéficiait jusqu'ici de l'immunité diplomatique et ne pouvait être entendu sous contrainte par les enquêteurs.

Interrogé à ce sujet, un responsable du bureau de presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti, a confirmé l'information. "Une mesure extraordinaire", selon le Saint-Siège. Avant de prendre cette décision, le Saint-Siège a attendu la conclusion, annoncée fin juin, de la phase préliminaire de la procédure à laquelle Mgr Ventura a librement participé. Début avril, l'évêque septuagénaire, qui occupe son poste en France depuis 2009, a été entendu par la police judiciaire parisienne.

Cette demande de levée immunitaire vise à pouvoir auditionner le nonce.

L'affaire avait éclaté en février avec la révélation de l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris, dans un contexte de multiples scandales sexuels touchant l'Église catholique. Le pape François a dévoilé en mai une législation plus stricte obligeant prêtres, religieux et religieuses à signaler à l'Église tout soupçon d'agression sexuelle ou de harcèlement, ainsi que la couverture de tels faits par la hiérarchie au sein du clergé.

Recommande: