"Quelle pagaille": Trump dénonce la gestion du Brexit par May

09 Juillet, 2019, 08:37 | Auteur: Lynn Cook

Dans une série de tweets, M. Trump a attaqué l'ambassadeur et également M May, qu'il a accusée d'avoir très mal géré la négociation du Brexit avec l'Union européenne et d'être responsable de la " pagaille " actuelle.

L'authenticité de ces rapports n'a d'ailleurs pas été remise en question par le gouvernement britannique.

" Les extraits sélectionnés qui ont été publiés ne reflètent pas la proximité de la relation (entre les deux pays, NDLR) et l'estime dans laquelle nous la tenons", a-t-il dit.

Les câbles rédigés par le diplomate, dont certains remontent à 2017, n'étaient pas destinés à être révélés au public.

Le gouvernement a annoncé dimanche l'ouverture d'une enquête. Selon la presse, ces fuites visent à discréditer sir Kim Darroch, considéré comme trop proeuropéen pour négocier un accord post-Brexit avec les États-Unis.

Mme May a condamné lundi des fuites "totalement inacceptables" mais aussi souligné avoir "une totale confiance" en Kim Darroch, 65 ans, arrivé à Washington en janvier 2016, avant la victoire de Donald Trump à la présidentielle.

Si Jeremy Hunt a apporté son soutien au diplomate britannique basé à Washington, il a souligné que ses opinions ne concernaient que lui.

"La bonne nouvelle pour le merveilleux Royaume-Uni est qu'ils auront bientôt un nouveau premier ministre", a-t-il encore écrit.

Après l'échec de Theresa May à mettre en oeuvre le Brexit, le Parti conservateur doit se choisir un nouveau dirigeant et chef de gouvernement, dont le nom sera connu le 23 juillet.

Et les yeux des deux candidats en lice, Boris Johnson et Jeremy Hunt, sont rivés sur les Etats-Unis. Un autre mémo concernant la visite d'Etat controversée de Donald Trump à Londres au mois de mai rapporte que le président américain et son équipe ont été "éblouis", mais que malgré tout, la Grande-Bretagne pourrait ne pas conserver longtemps sa belle image car "c'est toujours le pays de l'Amérique d'abord".

Liam Fox, en déplacement cette semaine aux États-Unis, s'est voulu rassurant en estimant que ces fuites n'empêchaient pas de " préparer le terrain " pour un futur accord.

Recommande: