Les traitements homéopathiques ne seront plus remboursés — France

09 Juillet, 2019, 23:20 | Auteur: Jonathan Ford
  • MACRON AURAIT DÉCIDÉ DE DÉREMBOURSER L'HOMÉOPATHIE

"Il y a une balance qui doit être réalisée entre l'apport scientifique de l'homéopathie, des questions économiques (...) et ce qui relève du bien-être de la population française", avançait donc prudemment la semaine dernière sur BFMTV la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, témoignant de l'hésitation d'Emmanuel Macron.

Disant assumer le caractère "impopulaire" de cette mesure, M Buzyn souligne que le déremboursement n'empêchera pas les médecins de continuer à prescrire de l'homéopathie, ni les Français d'en acheter. "Boiron fera tout pour combattre une éventuelle décision de déremboursement qui va à l'encontre d'une pratique éminemment populaire", affirme le groupe dans un communiqué. "Il faudrait peut-être travailler à l'idée qu'il n'est pas toujours nécessaire de prendre un médicament", explique la ministre de la Santé dans une interview accordée au Parisien, mardi 9 juillet.

"Passer à 15% ça n'a pas de sens", a jugé François Morel, secrétaire de ce collectif. Très vite, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, avait indiqué que la décision finale interviendrait " dans les prochains jours ". Jusqu'à présent, certains médicaments homéopathiques étaient remboursés à 30 % par la Sécurité sociale. Puis il était passé de 35% à 30% en 2011. Mais alors que le remboursement représente aujourd'hui un coût d'environ 127 millions d'euros par an pour les finances publiques, le déremboursement partiel ferait donc perdre plus de 60 millions d'euros par rapport au déremboursement total.

Mettant en avant le "pouvoir d'achat" et la "liberté de choix des patients", le président des Hauts-de-France et ancien ministre de la Santé Xavier Bertrand avait ainsi demandé à Emmanuel Macron de "maintenir un taux de 15%" au moins.

Recommande: