João Gilberto, père de la bossa nova, est mort

09 Juillet, 2019, 00:59 | Auteur: Sue Barrett
  • Le musicien brésilien João Gilberto sur scène à Rio de Janeiro le 24 août 2008

"Qui était touché par la musique de Joao n'était plus jamais le même, comme Caetano Veloso, Gilberto Gil, Roberto Carlos, Chico Buarque, Rita Lee, Jorge Benjor et même Tim Maia, qui ont trouvé en lui bien plus qu'une idole: un phare, un ange de légèreté, de délicatesse et de swing", a résumé le compositeur et producteur Nelson Motta dans un article. Malgré son statut d'icône, Joao Gilberto vivait seul et ruiné à Rio.

Joao Gilberto s'est produit sur les plus grandes scènes du monde.

Parmi tous les hommages qui lui sont rendus, on notera le quotidien Libération qui lui offre sa une ce lundi sous le titre "Bossa s'en va" et qui rappelle qu'il n'avait besoin ni d'aide, ni d'artifices pour conquérir son public: "Une bouteille d'eau, une guitare, un tabouret, il ne lui fallait rien de plus pour mettre l'Olympia à genoux".

"Joao a changé la musique du monde pour toujours". Il a été influencé par les grands jazzmen américains et a enregistré des chansons aux États-Unis où il a vécu pendant la majeure partie des années 1960 et 1970. "Il va beaucoup nous manquer, mais son héritage est essentiel pour le Brésil et le monde entier", a-t-elle écrit.

"Il a rendu cette nouvelle vague brésilienne internationale, car auparavant les gens ne connaissaient que la samba (.)". Le Brésil est en deuil, et plus encore tous les amateurs de musiques doucement chaloupées. Il "était la sophistication et la sobriété même".

Sur la place Sao Salvador de Rio, où des musiciens ont l'habitude d'improviser devant des passants qui reprennent les couplets et esquissent quelques pas de danse, les fans lui rendaient aussi hommage.

Mais Astrud Gilberto, lassée des humeurs noires de Joao le quitte pour Stan Getz. "Pas tous les jeunes peut-être, mais il y a un héritage, il y a une communauté qui apprécie et qui continuera de transmettre cet héritage", a déclaré à l'AFP Ana Amélia Lima, une biologiste de 51 ans. Un autre concert de cette tournée avait justement eu lieu au Théâtre municipal de Rio, qui a accueilli sa veillée funèbre. Son art avait triomphé des réticences de son père, qui, désapprouvant la manière de chanter de son fils et son refus de se trouver un "vrai" travail, l'avait envoyé en 1955 dans un hôpital psychiatrique, dont Joao Gilberto avait été libéré au bout d'une semaine. Nos pensées à la famille. Une photo d'elle et son père portant le même pantalon de pyjama à carreaux accompagne le message. " a-t-il plutôt lâché aux journalistes qui le questionnait au sortir de sa résidence".

Durant la dictature brésilienne (1964-1985), une période dont l'ex-capitaine Bolsonaro fait l'éloge, le régime s'est un temps durci avec l'interdiction des manifestations, la censure et le jugement des prisonniers politiques par des tribunaux militaires.

Recommande: