Sommet UA : Nigeria et Bénin adhèrent à la Zlec

08 Juillet, 2019, 00:42 | Auteur: Aubrey Nash
  • Sommet UA : Nigeria et Bénin adhèrent à la Zlec

Ce rendez-vous politique et diplomatique consacre le lancement de la Zone de libre-échange économique continentale (ZLEC), annonce la Présidence de la République.

Les échanges de ce sommet vont porter sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

"C'est le plus grand événement historique pour le continent africain depuis la création de l'OUA (Organisation de l'unité africaine) en 1963", a prévenu le président hôte, Mahamadou Issoufou du Niger et farouche défenseur de cette zone.

"Un vieux rêve se réalise".

Le géant nigérian, réticent jusque-là, et son voisin le Bénin ont signé l'accord dimanche en ouverture du sommet, sous les applaudissements de leurs homologues.

Patrice TALON, aux côtés des autres chefs d'État et de gouvernements de l'UA devra, durant ce sommet, régler certains points importants à savoir, l'harmonisation des règles commerciales à l'échelle du continent; les modalités sur la libre circulation des personnes et des biens, la définition des produits exemptés des droits de douane, le financement de la ZLECAF ou encore la désignation du pays qui doit abriter le siège de l'institution. Seule l'Erythrée n'a pas signé l'accord. D'âpres négociations se poursuivent en coulisses sur la mise en oeuvre progressive de la Zlec, qui doit réunir 1,2 milliard de personnes.

Dans son discours à l'occasion du lancement de la ZLECAF, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'UA, a indiqué que la croissance de l'économie africaine devrait être deux fois plus rapide que celle du monde développé.

Chiedu Osakwe, le négociateur en chef nigérian, souligne que la "libéralisation du commerce doit s'aligner sur des réformes structurelles" internes. "Aucun pays ne va tout libéraliser" d'un coup, souligne-t-il, précisant que le processus devrait s'étendre sur plusieurs années.

L'objectif de la Zlec est de favoriser le commerce au sein du continent et attirer davantage d'investissements.

Sécurité renforcée à Niamey qui accueille le sommet de l'Union africain (UA).

Le président Issoufou a aussi appelé samedi à "la mise en place d'une coalition internationale de lutte contre le terrorisme au Sahel, à l'image de la coalition mise en place pour lutter contre Daech (groupe Etat islamique, NDLR) au Moyen-Orient". "Nous avons un dispositif spécial de plusieurs milliers d'hommes", a assuré Mohamed Bazoum, le ministre de l'Intérieur d'un pays qui fait face à des attaques récurrentes de groupes jihadistes dans l'Ouest et au groupe islamiste Boko Haram dans le Sud-Est.

Recommande: