Hong Kong : le parlement envahi par plusieurs manifestants

07 Juillet, 2019, 12:01 | Auteur: Lynn Cook
  • Hong Kong le 1er juillet 2019 le jour-anniversaire de la

"Je pense que la relation (entre Londres et Pékin) a souffert de l'ingérence du gouvernement britannique au sujet de Hong Kong", a déclaré l'ambassadeur, Liu Xiaoming, au cours d'une conférence de presse. Il avait appelé le gouvernement britannique à "s'abstenir de nouvelles ingérences pouvant nuire encore plus à la relation" entre la Chine et le Royaume-Uni.

Liu Xiaming s'était dit "très déçu" que le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt montre son "soutien envers des gens qui contreviennent à la loi".

De grandes manifestations agitent depuis juin Hong Kong, ex-colonie britannique retournée dans le giron chinois en 1997.

"Il semble fantasmer la gloire passée du colonialisme du Royaume-Uni et obsédé par la mauvaise habitude de critiquer et de donner des leçons avec condescendance au sujet des affaires d'autres pays", a indiqué le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang.

Le lendemain, le ministre avait enclenché la vitesse supérieure en menaçant la Chine de "graves conséquences" si elle ne respectait pas l'accord de 1984 entre Londres et Pékin qui a présidé à la rétrocession du territoire.

La Chine a exprimé le 3 juillet son vif mécontentement et sa ferme opposition aux récents commentaires sur Hong Kong du secrétaire britannique aux Affaires étrangères Jeremy Hunt, lui demandant de cesser toute ingérence gratuite dans les affaires de Hong Kong.

C'est le gouvernement chinois qui protège les droits du peuple de Hong Kong en matière de démocratie et de liberté, conformément à la Constitution et à la Loi fondamentale, et applique pleinement les principes "un pays, deux systèmes ", du peuple de Hong Kong à la tête de Hong Kong et d'un degré élevé d'autonomie, a-t-il souligné.

"Nous nous attendons à ce qu'un accord juridiquement contraignant soit honoré et si ce n'est pas le cas, il y aura des conséquences graves", a prévenu M. Hunt, par ailleurs candidat au poste de Premier ministre en Grande-Bretagne.

Lundi 1er juillet, à 22h21, la police de Hong Kong met en ligne sur sa page Facebook une vidéo dans laquelle son officier de communication condamne l'intrusion des manifestants dans le LegCo Building, le bâtiment du Conseil législatif hongkongais.

Theresa May a aussi dit avoir été "choquée par les scènes à Hong Kong lundi et l'usage de la violence au parlement local" et souligné que "la vaste majorité des centaines de milliers de personnes qui ont défilé l'ont fait de manière pacifique et légale".

A l'origine de la contestation, un projet de loi du gouvernement de Hong Kong autorisant les extraditions vers la Chine continentale a été suspendu, mais la colère est maintenant dirigée vers le gouvernement hongkongais dans son ensemble, accusé de laisser Pékin rogner les libertés. Ce dernier a indiqué que Hong Kong a été rattaché à la Chine et que les droits et les obligations du Royaume-Uni dans le cadre de la Déclaration conjointe sino-britannique ont été complètement remplis.

Recommande: