Abdellatif Kechiche et sa scène de sexe choc : rare concession du cinéaste

04 Juillet, 2019, 08:57 | Auteur: Sue Barrett

"En conclusion de sa missive, Kechiche invite néanmoins Ophélie Bau " à la table de montage pour me signifier précisément ce qui choque sa pudeur récente " et s'engage " à éliminer dans le montage du film final les plans qui la gêneraient encore ".

Mais l'homme, pourtant sur la défensive et dans la justification durant trois pages, conclut sa longue lettre ouverte par une concession.

À propos de la séquence de cunnilingus de treize minutes, qui a provoqué une esclandre, le cinéaste de 58 ans écrit: "Prévue à l'origine avec l'acteur Salim Kechiouche, elle a été longuement répétée par Ophélie [Bau] six mois avant la date où elle a été effectivement tournée".

Ce soir-là, Ophélie Bau avait monté les marches avec l'équipe du film, sous les yeux d'Abdelatif Kechiche déjà posté en haut, mais n'était pas restée pour assister à la projection. Lorsque les lumières se sont rallumées, visiblement ému et embarrassé, le réalisateur avait quitté la salle précipitamment en lançant: "Je m'excuse de vous avoir retenus sans vous prévenir et voilà.je m'en vais". L'attitude de cette dernière, qui s'est échappée de la projection officielle et n'a pas participé à la conférence de presse, avait pu laisser supposer qu'elle n'était pas tout à fait à l'aise avec l'image que le film renvoyait d'elle.

Dans le viseur de l'association " Stop au porno " depuis début juin, Mektoub My Love: Intermezzo n'a toujours pas de date de sortie. Une accusation fermement rejetée par l'intéressée. Kechiche ne lui avait pas accordé le droit de visionner le film avant sa diffusion.

Dans une lettre incendiaire rendue publique ce lundi et adressée à l'agent d'Ophélie Bau, héroïne de Mektoub My Love, Abdellatif Kechiche dénonce un " complot de marionnettes " savamment orchestré par le syndicat des agents artistiques français.

Après la projection du film à Cannes, de nombreuses voix s'étaient élevées pour dénoncer l'utilisation que fait le réalisateur du corps des femmes en général et de celui d'Ophélie Bau en particulier. "Contrairement à ce que vous cherchez à faire croire aujourd'hui", annonce-t-il, " Ophélie Baufle a, en toute conscience, accepté pleinement son rôle dans mes films et n'a jamais manifesté la moindre gêne quant à sa nudité (...) ".

En cause: l'actrice principale du film Ophélie Bau, de nombreux plans rapprochés de ses fesses en train de twerker et une scène de cunnilingus de 13 minutes dans les toilettes de la boîte de nuit où se passe l'essentiel du film (d'une durée de plus de 3 heures). Si Ophélie avait exprimé le moindre gêne et qu'elle ne souhaitait plus y participer, elle avait largement le temps d'y réfléchir et de me le signifier. Pour La vie d'Adèle (2013), qui contient également des scènes brûlantes, Léa Seydoux avait notamment dénoncé des conditions de tournage "horribles", tandis qu'Adèle Exarchopoulos, alors âgée de 19 ans, avait parlé de "dix journées entières à tourner" la très longue scène de sexe du film.

Recommande: