Turquie : le candidat du président Erdogan concède sa défaite aux municipales d'Istanbul

23 Juin, 2019, 23:52 | Auteur: Lynn Cook
  • Des soutiens du maire sortant Ekrem Imamoglu le 6 mai 2019 à Istanbul

Il a reconnu sa défaite et a félicité Ekrem Imamoglu. "Dans une allocution après la publication des premiers résultats le donnant vainqueur, Ekrem Imamoglu a invité Recep Tayyip Erdogan à travailler ensemble pour servir Istanbul". Je le félicite et je lui souhaite bonne chance.

Selon les résultats préliminaires publiés par l'agence étatique Anadolu après dépouillement de plus de 99% des bulletins, Ekrem Imamoglu a obtenu le siège de maire d'Istanbul avec 54,03% des voix, contre 45,09% pour le candidat soutenu par le président Recep Tayyip Erdogan, l'ancien Premier ministre Binali Yildirim. "J'espère qu'il servira bien Istanbul", a déclaré Binali Yildirim à la presse.

Quasiment inconnu il y a seulement quelques mois, Ekrem Imamoglu, qui a remporté dimanche les élections municipales à Istanbul, s'est imposé comme le champion d'une opposition longtemps incapable d'entailler l'armure du président Recep Tayyip Erdogan.

"Selon les résultats, mon rival Ekrem Imamoglu mène la course. Elle marque un nouveau début", a-t-il déclaré à la presse. "Je félicite Ekrem Imamoglu qui a remporté l'élection selon les résultats non officiels", a tweeté le président Erdogan, quelques heures après la publication de résultats donnant Ekrem Imamoglu largement vainqueur aux dépens du candidat du président, Binali Yildirim. Alors qu'à peine 13 000 voix séparaient les deux candidats en mars, le résultat avait été invalidé après des recours de l'AKP.

Mais en remportant d'une courte tête l'élection municipale à Istanbul le 31 mars, un vote annulé depuis dans des conditions controversées, cet homme âgé de 49 ans a mis fin au mythe de l'invincibilité dans les urnes du parti présidentiel, l'AKP. Rejetant ces accusations, l'opposition avait dénoncé un "putsch contre les urnes" et voyait le nouveau scrutin comme une "bataille pour la démocratie".

Signe que pour lui, l'annulation du premier scrutin n'était qu'une parenthèse, il n'avait pas modifié sa biographie sur Twitter où il se décrit ainsi depuis sa victoire en mars: "Ekrem Imamoglu, maire de la municipalité métropolitaine d'Istanbul".

Car bien plus qu'une élection municipale, le vote à Istanbul avait valeur de test pour la popularité de M. Erdogan et de son parti sur fond de graves difficultés économiques.

Des dizaines de partisans de l'AKP se sont rassemblés devant le siège du parti à Istanbul après l'annonce des résultats, certains les larmes aux yeux.

Recommande: