Appel à une enquête criminelle sur le meurtre de Khashoggi — ONU

22 Juin, 2019, 23:57 | Auteur: Lynn Cook
  • Le président américain Donald Trump et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman à la Maison Blanche le 20 mars 2018

Plus tôt dans la journée, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite impliquée dans la guerre au Yémen a annoncé avoir intercepté un drone équipé d'une bombe volant en direction du royaume, a rapporté la chaîne Al Arabiya.

Depuis la confirmation de la mort du journaliste Jamal Khashoggi, les autorités turques avaient tout fait, selon RFI, pour donner à l'affaire un retentissement mondial, tout en plaidant pour l'ouverture d'une enquête internationale contre le pouvoir saoudien qui, selon elles, a commandité cet assassinat. D'un montant de 8,1 milliards de dollars au total, elle avait été autorisée fin mai par l'administration Trump, qui avait invoqué une situation d'urgence provoquée par l'Iran pour contourner le Congrès. Mais le président américain va ensuite certainement opposer son veto. Le conflit au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires.

Plus tôt dans la matinée, la cour d'appel de Londres a demandé au gouvernement de "reconsidérer la question" des ventes d'armes. "Quand elles visent les civils, comment pouvons-nous continuer à vendre ces armes", a affirmé le démocrate Robert Menendez avant le vote. Exilé aux Etats-Unis, où il écrivait régulièrement pour le Washington Post, le journaliste saoudien a été vu pour la dernière fois le 2 octobre 2018, alors qu'il pénétrait au consulat général d'Arabie saoudite à Istanbul (Turquie).

Après avoir elle-même enquêté pendant six mois sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, la rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, a indiqué dans un rapport avoir "déterminé qu'il existe des éléments de preuve crédibles, justifiant une enquête supplémentaire sur la responsabilité individuelle de hauts responsables saoudiens, y compris celle du prince héritier" Mohammed ben Salmane, surnommé MBS.

A Londres, le ministre du Commerce international Liam Fox a annoncé jeudi la suspension des licences de ventes d'armes à l'Arabie saoudite et à ses partenaires de la coalition " qui pourraient être utilisées dans le conflit au Yémen ".

L'Iran a averti samedi les Etats-Unis que la moindre attaque contre son.

Recommande: