Crise sociale à Radio France : un rapport contredit la direction

20 Juin, 2019, 08:38 | Auteur: Aubrey Nash
  • Radio France : première journée de grève très suivie contre les suppressions de postes

L'appel à la grève lancé par l'intersyndicale de Radio France était très suivi mardi matin pour protester contre un nouveau plan d'économies prévoyant environ 300 suppressions de postes. Les syndicats ne prévoient pas de nouvelle journée de grève avant l'été, mais des actions ponctuelles pourraient être menées.

Au-delà des antennes, c'est bien toute la maison qui s'est mobilisée, à l'appel de l'ensemble des organisations syndicales: on compte ainsi 85% de choristes en grève et des services administratifs fortement mobilisés.

Dans un communiqué, le SNJ de Radio France a assuré que "plus des trois quarts des salariés ont cessé le travail aujourd'hui", estimant qu'ils avaient ainsi "massivement fait entendre leurs inquiétudes et leur rejet du projet stratégique présenté par la direction". La chaîne franceinfo était aussi perturbée, et le concert de l'orchestre philharmonique prévu dans la soirée a été annulé.

Les salariés protestent contre le plan de 60 millions d'euros d'économies (d'ici à 2022) annoncé début juin par la présidente du groupe Sibyle Veil, suivant les recommandations de la Cour des comptes. La direction de Radio France, qui prévoyait entre 270 et 390 départs volontaires, pourrait donc épargner 118 postes, selon ce nouveau calcul.

Ils s'appuient aussi sur le rapport d'un cabinet indépendant, mandaté par le comité social de Radio France, qui a qualifié les économies de "surdimensionnées": selon le cabinet Tandem, la hausse des charges de personnel sur les prochaines années a été surévaluée de 8,7 millions d'euros.

"Les syndicats demandent " le retrait de ce plan dangereux et destructeur " ainsi qu'un " effectif et des moyens nécessaires pour remplir nos missions de service public ".

À Radio France, ce mardi s'annonce... musical! Le plan "Radio France" 2022 prévoit une réorganisation des rythmes de travail, pour éviter le recours aux CDD. Confronté comme France Télévisions (qui réduit aussi ses effectifs) à une baisse de ses crédits, le groupe veut boucler cette réforme à l'automne avant de négocier son Contrat d'objectifs avec l'État. "Or, cette année n'est pas représentative, elle marque un changement de gouvernance avec le départ du président Mathieu Gallet, qui a conduit des postes en CDI à rester vacants plus longtemps (puisqu'ils nécessitent la signature du PDG) ", détaille la direction financière de Radio France à La Croix.

Marie Messager a assuré que des explications et des chiffres supplémentaires seraient donnés par la direction au cours d'un conseil central d'entreprise, prévu mardi après-midi, en pleine grève des antennes.

Recommande: