La France a-t-elle reçu un cadeau de l'arbitre?

18 Juin, 2019, 21:40 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Les Nigérianes essaient de détourner le regard de l'arbitre vers l'écran géant

Mais une action survenue à la 79e minute a tout changé. Kadidatou Diany (France) est déséquilibrée par Ngozi Ebere (Nigéria), la VAR (Arbitrage Assisté) estime que l'action est litigieuse et l'arbitre prend la décision d'accorder un penalty aux Blues.

"Encore une fois, je me suis dit, 'c'est pas mon jour, ça va recommencer', a-t-elle ajouté en référence au but contre son camp inscrit face à la Norvège". Mais là, miracle: à la surprise générale, l'arbitre demande à la joueuse de le retirer car la gardienne a trop vite jailli de sa ligne de but. De son avis "toujours est-il que Renard s'est rattrapée en transformant joliment sa deuxième chance ". Danny Makkelie, l'arbitre principal du VAR, a donc prévenu Mme Borjas, qui a fait retirer le penalty.

Elle n'a fait qu'appliquer une nouvelle règle de l'International Football Association Board, entrée en vigueur le 1er juin.

La règle est la suivante: "Le (la) gardien (ne) a désormais le droit de n'avoir qu'un pied touchant la ligne de but (ou, en cas de saut, en alignement avec la ligne de but) lorsque le penalty est tiré". Mais entre le penalty, l'expulsion, le péno à retirer et le carton jaune pour la gardienne, il y a eu un petit côté "arbitrage à la maison " qui saoule un peu " a pesté le journaliste de Canal Plus, pour qui ce succès français n'est pas glorieux". "Avant la Coupe du monde nous avions eu une réunion avec la FIFA qui expliquait les nouvelles règles, avec la VAR. Parmi elles il y avait le fait si la gardienne n'a pas les pieds sur sa ligne lors d'un penalty". Et il faut tout de même signaler que si on appliquait la règle à la lettre, les joueuses françaises n'avaient techniquement pas le droit d'entrer dans la surface avant le tir, ce qu'elles ont fait.

Recommande: