Loiseau renonce à être chef de file des eurodéputés macronistes

16 Juin, 2019, 23:12 | Auteur: Lynn Cook
  • Parlement européen Loiseau renonce à briguer la présidence du groupe centriste

De fait, avec 21 élus (et 23 une fois les Britanniques partis suite au Brexit) sur 108, Renaissance forme, et de loin, la délégation nationale la plus forte du groupe.

"Il n'a jamais rien réussi", aurait cinglé Nathalie Loiseau, tout en s'interrogeant: "ça ne les dérange pas de mettre un ectoplasme à la tête de la Commission?"

"Renew" devrait avoir un rôle charnière au Parlement européen, où il sera le troisième groupe derrière celui des conservateurs du Parti populaire européen (PPE, droite) et des sociaux-démocrates (S&D). Elle a ainsi qualifié l'ex-Premier ministre belge, Guy Verhofstadt " vieux de la vieille qui a des frustrations rentrées depuis quinze ans ", l'ancien ministre français Jean Arthuis " d'homme totalement aigri ", ou encore Sophie in't Veld de femme qui a " perdu toutes les batailles qu'elle mène depuis quinze ans ".

Nathalie Loiseau, poursuit le journal, s'en est pris également à d'autres personnalités politiques, les alliés du Président de la République en Europe. En parlant d'Allemagne, elle n'aurait pas hésité non plus à s'attaquer à Angela Merkel, "le problème de l'Europe". Et malgré un mail de démenti envoyé en anglais à ses collègues du groupe, dans lequel la principale intéressée expliquait que les propos rapportés dans plusieurs médias sont "de la pure invention", l'affaire a fait grand bruit.

Mme Loiseau, qui avait confié penser que "tout est à faire" dans ce groupe habitué à jouer les seconds rôles au Parlement européen, avait ensuite affirmé "ne pas reconnaître" les propos qui lui étaient attribués, dans un courriel adressé à ses collègues. "Ils lui ont fait comprendre que ce n'était pas possible de prendre la présidence du groupe", a expliqué cette source proche de LREM.

Dans ce contexte, et face à une multitude de candidats, les macronistes auraient été contraints de payer chèrement le maintien de la candidature de Mme Loiseau.

Il s'agit notamment de préserver les chances du numéro deux de la liste Renaissance, l'écologiste Pascal Canfin, de briguer la tête de la commission environnement du Parlement.

Obtenir la présidence aurait en effet nécessité de renoncer à d'autres responsabilités importantes comme des présidences de commissions parlementaires au sein du nouveau Parlement, dont la session constitutive aura lieu le 2 juillet.

Cette semaine, les macronistes avaient enregistré une victoire symbolique en obtenant que le mot "libéral", trop connoté en France, disparaisse dans la nouvelle dénomination du groupe centriste.

Recommande: