Le président soudanais déchu Omar el-Béchir comparaîtra la semaine prochaine

16 Juin, 2019, 07:22 | Auteur: Lynn Cook

Le procureur général du Soudan a affirmé samedi qu'il comparaîtrait la semaine du 17 juin. Béchir, qui était au pouvoir depuis près de 30 ans, a été destitué le 11 avril puis arrêté par l'armée qui exerce le pouvoir depuis.

Selon le procureur, l'enquête visant l'ancien président est terminée.

Citant un responsable qui a requis l'anonymat, l'agence indique que el-Béchir est accusé de possession de devises étrangères, acquisition de richesse de façon suspecte et illégale et d'avoir ordonné l'instauration de l'état d'urgence.

Le 21 avril, le chef du Conseil militaire, le général Abdel Fattah al-Burhane, avait affirmé que l'équivalent de plus de 113 millions de dollars avait été saisi en liquide dans la résidence d'Omar el-Béchir à Khartoum.

C'est à la suite d'un coup d'État qu'Omar el-Béchir s'était emparé du pouvoir, en 1989. Somme partagée entre des livres soudanaises, des dollars et des euros.

L'ancien Homme fort du Soudan a été inculpé jeudi pour corruption par un tribunal à Khartoum. Le pays est classé 172ème sur 180 dans l'indice 2018 de perception de la corruption de l'ONG Transparency International.

Le régime avait alors tenté de juguler ce mouvement en imposant l'état d'urgence le 22 février.

Le Parquet enquête en outre sur 41 chefs d'accusation visant d'anciens "symboles du régime déchu", a dit M. Ahmed sans autre précision. "Alors condamner el-Béchir prouverait qu'il y a une rupture avec l'ancien régime, demande qui est revendiquée par les civils depuis le début de la révolte".

Recommande: