Données personnelles : Facebook découvre que Mark Zuckerberg connaît les pratiques problématiques

13 Juin, 2019, 20:11 | Auteur: Aubrey Nash
  • Marc Zuckerberg

Une vidéo truquée, mettant en scène Mark Zuckerberg, a récemment été publiée sur Instagram. On lui fait dire ceci: " imaginez un instant qu'un homme ait la main sur des milliards de données, qu'il connaisse tous leurs secrets, leur vie, leur avenir. "Spectre m'a montré que quiconque contrôle les données contrôle l'avenir", dit le "faux" Mark Zuckerberg dans cette courte vidéo postée sur Instagram par l'artiste britannique Bill Posters pour promouvoir son projet "Spectre", qui veut dénoncer les dérives des géants technologiques.

"Nous voulions créer une intervention artistique sur internet pour jeter la lumière sur Mark Zuckerberg et explorer la manière dont les données sont utilisées de manières inattendues par des compagnies opaques", a-t-il ajouté. Il a ensuite continué: "Je dois tout cela à Spectre". Ils l'ont lâchée, dimanche 9 juin, en plein territoire ennemi, sur Instagram, le site de partage de photos de Facebook.

"Nous traiterons ce contenu de la même façon que nous traitons toute la désinformation sur Instagram. Si les "fact-checkers" (vérificateurs d'information) externes la labellisent comme fausse, elle n'apparaîtra pas dans les recommandations", a réagi Instagram dans un courriel à l'AFP. Ces derniers ont réalisé la vidéo en réponse à la polémique créée par la large diffusion, fin mai, d'un autre montage visant à discréditer l'Américaine Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants. Le réseau social se refuse donc à faire disparaître une "fake news", dépeignant le patron du groupe en disciple d'un méchant de cinéma, se contentant de ne plus la mettre en avant auprès de ses utilisateurs. Facebook avait pris la décision de ne pas supprimer le contenu. Ces publicitaires geeks ont utilisé un algorithme maison capable de transformer n'importe quel enregistrement audio en vidéo d'une personne qui semble prononcer ces paroles.

La FTC cherche à savoir si Facebook a violé les termes de son décret de consentement de 2012 en ce qui concerne les questions de protection de la vie privée et les e-mails envoyés à cette époque suggèrent que Mark Zuckerberg et d'autres cadres de l'entreprise n'ont pas été conformes avec l'ordre de la FTC.

Avant de s'attaquer à Mark Zuckerberg, cette start-up israélienne avait déjà démontré l'efficacité de sa technologie en faisant chanter "Imagine" de John Lennon à plusieurs dirigeants, de Justin Trudeau à Kim Jong-un, en passant par Donald Trump.

Recommande: