Un million de personnes manifestent contre un projet de loi — Hong Kong

11 Juin, 2019, 19:09 | Auteur: Lynn Cook
  • Hong Kong: plus d'un million de personnes manifestent contre un projet de loi d'extradition d'opposants vers la Chine

Vêtus de blanc, il ont dit leur rejet d'un projet du gouvernement local pro-Pékin d'autoriser des extraditions vers la Chine continentale.

Beaucoup portaient des banderoles avec des phrases telles que " Non à l'extradition". Mais les choses ont dégénéré peu après minuit avec des heurts entre les policiers antiémeutes et de petits groupes d'activistes. Au moins un policier a pu être vu avec du sang sur le visage.

"Hier, 1,03 million de personnes ont défilé et le gouvernement demeure indifférent et fait la sourde oreille", a dénoncé le député Ip Kin-yuen.

La police, qui traditionnellement donne des chiffres de participation nettement inférieurs à ceux des organisateurs, a estimé que la marche avait, à son plus fort, rassemblé 240'000 personnes - soit, selon ses chiffres, la deuxième manifestation la plus massive depuis la rétrocession.

Dimanche, une foule impressionnante a manifesté dans les rues en dépit de la moiteur subtropicale étouffante.

Il a suscité des critiques des juristes, des milieux financiers et de diplomates occidentaux inquiets pour leurs ressortissants. "Si vraiment ils choisissent de ne pas répondre à nos exigences, nous n'écarterons pas d'autres actions".

A Hong Kong, les autorités restent sourdes à la contestation qui s'est exprimée ce dimanche dans la rue. Mais il n'a donné aucun signe de compromis, appelant les parlementaires à continuer de discuter du texte.

Une frange de la population se méfie de plus en plus des intentions du gouvernement chinois, en particulier sous Xi Jinping, et de l'exécutif hongkongais. Ces dernières semaines, le front contre le projet de loi n'a cessé de grossir. Dans un éditorial, le quotidien étatique China Daily présente le projet de loi sur l'extradition comme un texte "sensé et légitime " et attribue les manifestations aux "forces étrangères ".

Les autorités hongkongaises tentent de faire adopter un texte très controversé qui doit permettre les extraditions vers toutes les juridictions avec lesquelles aucun accord bilatéral n'existe, y compris la Chine continentale.

Mais ses détracteurs affirment que ce dossier de meurtre n'est qu'un prétexte pour satisfaire Pékin.

Combative face aux médias malgré l'énorme mobilisation de dimanche, la cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam, a réaffirmé que le Conseil législatif (LegCo), le "parlement " local, examinerait comme prévu mercredi ce texte de loi. " C'est une loi très importante qui va permettre de faire triompher la justice et assurera que Hong Kong respecte ses obligations internationales en matière de criminalité transfrontalière et transnationale ", a déclaré aux journalistes la cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam.

Ignorer l'ampleur de l'hostilité au projet de loi pourrait attiser la colère, voire relancer une mobilisation comparable au "Mouvement des Parapluies" de 2014. "Une fois que le projet de loi aura été voté, notre situation deviendra encore plus critique".

Au terme de l'accord de 1984 entre Londres et Pékin qui a présidé à sa rétrocession en 1997, Hong Kong jouit d'une semi-autonomie et de libertés qui n'existent pas en Chine continentale, et ce en théorie jusque 2047.

Recommande: