Les invités de Laurent Ruquier ce samedi 8 juin 2019 — ONPC

10 Juin, 2019, 18:41 | Auteur: Sue Barrett
  • ONPC: Exit Christine Angot et Charles Consigny Laurent Ruquier pense déjà à la suite

Pour rappel, face à Franz-Olivier Giesbert venu présenter son livre Schmock qui aborde la question de la montée du nazisme dans les années 1930, Christine Angot s'était risquée à une comparaison entre la Shoah et l'esclavage.

Sur le plateau de France 2, Dominique Sopo, président de l'association SOS Racisme, Serge Romana, président fondateur de la Fondation Esclavage et Réconciliation ainsi que Frédéric Régent, président du Comité National pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage.

En préambule de la discussion, Christine Angot a voulu, une nouvelle fois, tenter d'expliciter ses propos. "Je regrette de ne pas avoir réussi à me faire comprendre dans l'émission du 1er juin et d'avoir blessé par mes propos. Mon intention était à l'opposé", explique-t-elle, ajoutant que "l'expression 'en bonne santé' était évidemment absurde".

"On ne peut pas hiérarchiser les crimes contre l'humanité", a ainsi lancé Serge Romana, estimant que "s'il y a une spécificité de l'esclavage colonial, c'est qu'il a fondé des sociétés". Je suis bien consciente que de nombreux esclavages ont été estropiés, tués et que le propriétaire exerçait sur eux un droit de vie et de mort.

"C'est-à-dire l'idée c'était qu'ils soient en pleine forme, en bonne santé pour pouvoir les vendre et pour qu'ils soient commercialisables. Donc, non, ce n'est pas vrai que les traumatismes sont les mêmes, c'est pas vrai que les souffrances infligées aux peuples sont les mêmes".

A la fin de sa lettre, Laurent Ruquier s'est excusé, et a dit espérer "qu'au cours de (leurs) carrières (Christine Angot et lui ont) fait preuve d'antiracisme et d'humanisme".

Recommande: