Un couple de lesbiennes tabassé à Londres après avoir refusé de s’embrasser

08 Juin, 2019, 01:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Un couple de lesbiennes tabassé à Londres après avoir refusé de s’embrasser

" Ce qui me contrarie le plus, c'est que LA VIOLENCE EST DEVENUE UNE CHOSE COMMUNE et qu'il est parfois nécessaire de voir une femme qui saigne après avoir été frappée, pour avoir une sorte d'impact". Cette agression, en plein "mois des fiertés" qu'est le mois de juin, rappelle que l'homophobie et la lesbophobie sont toujours aussi présentes en 2019.

La photo insoutenable de leurs visages ensanglantés fait la une de la presse britannique ce vendredi 7 juin.

"Elle explique qu'au moins quatre hommes les ont accostées alors qu'elles rentraient d'une soirée dans ce bus en direction du quartier de Camden". " Ils ont commencé à se comporter comme des hooligans, en nous demandant de nous embrasser pour qu'ils puissent regarder, ils ont lancé des insultes lesbophobes et se sont mis à décrire des positions sexuelles", raconte Melania. Sa petite amie a même fait semblant d'être malade, en espérant qu'ils s'en aillent. "Ils nous lançaient même des pièces de monnaie et ça avait l'air de les amuser de plus en plus", explique Melania, dans des propos traduits par Le HuffPost.

La situation s'est alors aggravée.

Elle raconte ensuite se souvenir de son amie se battant au milieu du bus, d'elle en train de lui porter secours.

Melania tente de s'interposer, mais elle se fait rouer de coups à son tour. Elle se souvient ensuite du bus qui s'arrête et de la police qui intervient. "Nos affaires avaient disparues", continue-elle. Mais les agresseurs ont déjà pris la fuite après les avoir dépouillées.

Jeremy Corbyn, le chef du Labour, principal parti d'opposition britannique, a qualifié l'agression d'"absolument choquante" et le maire de Londres, le travailliste Sadiq Khan, a également condamné une "attaque répugnante et misogyne". Selon les informations de la BBC, des arrestations ont eu lieu dans le cadre de l'enquête sur l'attaque. Une agression que Melania, 28 ans, a décidé de raconter sur sa page Facebook. "On subit harcèlement et chauvinisme, misogynie et homophobie violente, parce que quand vous vous défendez, c'est le genre de truc qu'il se passe". "Je suis lasse d'être sans cesse traitée comme un OBJET SEXUEL, de constater que ces situations sont tristement banales, que des amis gays sont frappés juste PARCE QUE", s'indigne-t-elle.

Recommande: