Un infirmier condamné à perpétuité pour avoir tué 85 patients — Allemagne

07 Juin, 2019, 20:45 | Auteur: Lynn Cook
  • L'ancien infirmier Niels H. est suspecté d'avoir tué au total jusqu'à 200 patients

Lors de son procès, l'inculpé a déclaré vouloir "sincèrement s'excuser auprès de chacun (des proches des victimes) pour tout le mal qu'il leur a fait pendant toutes ces années". Il a aussi confié être rongé par la "honte" et "les remords". Il provoquait des arrêts cardiaques aux patients pour tenter par la suite de les réanimer, sans succès pour la plupart des cas. 130 exhumations ont été opérées pour constituer le dossier d'accusation.

La tâche s'est avérée impossible, tant l'accusé a semé la confusion. Pour les 52 restants, il ne se souvient plus s'il a ou non "manipulé", terme qu'il emploie pour décrire ses meurtres.

"Cela laisse les gens dans le flou", indique à l'AFP Petra Klein, responsable de l'association Weisser Ring à Oldenbourg, qui a soutenu les familles tout au long d'un procès "éprouvant".

D'autant plus que sa crédibilité est mise en doute. Tout en étant responsable de ses actes, il souffre "d'un trouble narcissique sévère", avait déclaré en audience le psychiatre Max Steller, qui le pousse à mentir tout le temps.

La police le suspecte d'en avoir tué au total jusqu'à 200, dans des affaires qui ne pourront toutefois plus être éclaircies, notamment car les corps d'un grand nombre de victimes ont été incinérés. La réelle ampleur des meurtres ne sera de toute façon jamais connue, car de nombreuses personnes ont été incinérées.

Cette affaire pose également la question de la responsabilité des hôpitaux, qui n'ont rien fait même après avoir constaté une surmortalité. Très vite, les enquêteurs ont compris que ce n'était pas un simple coup d'essai. Dix anciens collègues font désormais l'objet d'enquêtes pour parjure ou faux témoignage.

Cet infirmier de 42 ans a été reconnu coupable par la justice allemande de 85 meurtres, commis par injection médicamenteuse, de 2000 à 2005, dans les hôpitaux où il travaillait.

L'idée qu'il soit un jour libéré, ce qui avec le droit pénal allemand ne peut être complètement exclu, assure-t-elle, est "pour beaucoup tout simplement insupportable".

Recommande: