L'abus de plats industriels augmente le risque de maladie

02 Juin, 2019, 23:40 | Auteur: Jonathan Ford
  • L'ALSACE

Aujourd'hui, deux nouvelles études publiées dans le British Medical Journal établissent un lien entre leur consommation et les risques de maladies cardiovasculaires, ainsi que de décès précoce.

La consommation excessive de plats industriels ultra-transformés augmenterait le risque de décès et de maladies cardiovasculaires, alertent deux nouvelles études européennes.

Quant à la deuxième étude conduite par l'Inserm, elle porte sur plus de 100.000 Français qui ont été suivies entre 2009 et 2018. Une augmentation de 10 points de pourcentage d'aliments ultra-transformés dans la nourriture - en passant par exemple de 15% à 25% - est associée à une augmentation de 12% du risque de maladies cardiovasculaires (13% pour les maladies coronariennes et 11% pour les AVC et leur forme transitoire). Ces aliments, qui ont subi des procédés industriels de transformation, contiennent ainsi de nombreux ingrédients surtout des additifs, selon Le Figaro. " D'ailleurs, nos résultats montrent que la moins bonne qualité nutritionnelle globale des aliments ultra-transformés ne serait pas le seul facteur responsable de ces maladies", poursuit-elle.

Ces "aliments", si on peut encore les appeler ainsi, sont en général plus riches en sel, graisses saturées et sucre. Elle porte sur 19 899 diplômés universitaires espagnols (dont 12 113 femmes) âgés en moyenne de 38 ans. Ces derniers, omniprésents dans l'alimentation industrielle, regorgent de colorants, d'additifs, d'exhausteurs de goût voire de composés provenant des emballages en plastique et autres matériaux de contact. Les chercheurs ont par ailleurs tenu compte de facteurs sociodémographiques et comportementaux (âge, sexe, tabagisme, consommation d'alcool, niveau d'étude, activité physique), ainsi que le poids, la présence de troubles métaboliques et les antécédents familiaux. D'après cette étude, une consommation plus élevée d'aliments ultra-transformés (plus de 4 portions par jour) est associée à un risque accru de mortalité toutes causes confondues de 62 % comparativement à une consommation moindre (moins de 2 portions par jour). L'étude ne démontre toutefois pas de lien direct entre la consommation de ces plats industriels et l'augmentation des risques cardiovasculaires.

"À même niveau de tabac, à même niveau de poids, à même niveau de cholestérol ou de diabète (.) ceux qui mangent des produits ultra-transformés font plus d'infarctus et de maladies cardiovasculaires", détaille le Pr Jacques Blacher, cardiologue à l'hôpital Hôtel-Dieu à Paris.

Les chercheurs et les nutritionnistes se sont penchés de très près sur les aliments industriels transformés et le constat n'est pas franchement réjouissant.

Soda, confiseries, barres chocolatées, plats préparés... les aliments ultra-transformés ont déjà une réputation - méritée - de produits néfastes pour notre santé.

Un régime d'aliments peu ou pas transformés comme des fruits, des légumes, du poisson, des noix, des graines, des lentilles, des céréales complètes pourraient donc permettre d'avoir une alimentation saine et de lutter efficacement contre l'omniprésence des aliments ultra-transformés.

Recommande: