Aliments ultra-transformés : quels sont les risques potentiels pour la santé ?

31 Mai, 2019, 17:54 | Auteur: Jonathan Ford

Consommer trop régulièrement des plats préparés, comme des soupes déshydratées ou des lasagnes surgelées, pourrait s'avérer dangereux pour la santé. Deux nouvelles études publiées jeudi soulignent les risques liés à l'abus de plats industriels "ultra-transformés", c'est-à-dire ayant subi des procédés industriels de transformation et contenant de nombreux ingrédients, notamment des additifs.

Les chercheurs affirment que des travaux supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre ces effets, et un lien direct (de causalité) reste à établir, mais ils appellent à l'instauration de politiques encourageant la consommation d'aliments frais ou faiblement transformés par rapport aux aliments hautement transformés. Un plat préparé sans additifs, congelé ou pas, n'en fait pas partie. La plupart des plats prêts à réchauffer, des sodas sucrés ou contenant des édulcorants, des saucisses, soupes en poudre, snacks ou encore steaks végétaux reconstitués avec additifs, font partie de ces aliments mauvais pour la santé. Les résultats ont montré qu'une augmentation absolue de 10% de la proportion d'aliments ultra-transformés dans le régime était associée à des taux significativement plus élevés de maladies cardiovasculaires globales, de maladies coronariennes et de maladies cérébrovasculaires (augmentation de 12%, 13% et 11% respectivement). Ils sont généralement plus riches en sel, graisses saturées, sucre et pauvres en vitamines et en fibres, selon l'Inserm.

La consommation d'aliments ultra-transformés s'est révélée être associée à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires (1 409 cas sur les 105 159 participants), et en particulier de maladies coronariennes (665 cas) et de maladies cérébro-vasculaires (829 cas). S'y ajoutent des contaminants provenant des emballages et des contenants en plastique. La contribution française de l'Inserm porte sur plus de 100 000 participants, en majorité des femmes, suivis entre 2009 et 2018.

Comment déceler les aliments ultra-transformés? Pour autant, les chercheurs sont prudents et ne veulent pas conclure à un lien clair de cause à effet: s'ils ont tenu compte aussi de l'âge des participants, de leur classe sociale, leur poids, leur consommation de tabac et leur activité physique, d'autres paramètres pourraient entrer en jeu.

Leurs conclusions reposent sur 19'899 diplômés universitaires espagnols (7786 hommes; 12'113 femmes), âgés de 38 ans en moyenne, qui ont rempli un questionnaire alimentaire de 136 questions dans le cadre de l'étude Seguimiento Universidad de Navarra (SUN).

Selon cette étude, une consommation plus élevée d'aliments ultra-transformés (plus de 4 portions par jour) est associée à un risque accru de mortalité toutes causes confondues de 62 % comparativement à une consommation moindre (moins de 2 portions par jour). En augmentant de 10 % le pourcentage d'aliments ultra-transformés, le risque de maladie cardiovasculaire augmente de 12 %: un chiffre interpellant!

" Il ne faut pas être alarmiste et dire que si on consomme de temps en temps un plat ultra-transformé ou un soda, on augmente son risque de faire un accident cardiaque de 12 %. C'est la consommation régulière qui importe ", précise toutefois Mathilde Touvier.

Recommande: