Si la Chine bannit Apple, ses revenus pourraient reculer de 29%

24 Mai, 2019, 01:10 | Auteur: Aubrey Nash
  • Huawei est accusé d’espionnage

Dire qu'ils ne travaillent pas avec le gouvernement chinois est une déclaration fausse.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a accusé Ren Zhengfei de mensonge à propos de la prétendue indépendance de Huawei vis à vis du pouvoir chinois: "L'entreprise est étroitement liée non seulement au pouvoir chinois mais aussi au parti communiste chinois", a-t-il affirmé à CNBC. La veille, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, avait dénoncé un "harcèlement économique" destiné à "entraver le processus de développement" de son pays. " Si les États-Unis veulent continuer à négocier, ils doivent, avec sincérité, ajuster leurs mauvaises actions".

" Nous avons arrêté nos transactions avec Huawei et ses 68 sociétés affiliées qui sont soumises à l'interdiction du gouvernement américain", explique Joe Flynn, un porte-parole du groupe nippon. Le Britannique ARM a également porté un coup très dur à Huawei en rejoignant la liste des groupes qui ont annoncé couper certains liens avec le fabricant chinois de smartphones.

Mercredi, quatre grands opérateurs nippons (KDDI, Softbank) et britanniques (Vodafone, EE) avaient annoncé un report du lancement de nouveaux modèles Huawei, ces appareils pouvant perdre une grande partie de leur intérêt sans l'apport de technologies américaines. Interrogée par l'AFP, une source proche du dossier indique qu'il " s'agit des produits fabriqués complètement ou partiellement aux États-Unis, mais [que] le volume est faible et l'impact limité ". Selon l'ex conseiller sulfureux, la prochaine étape sera d'empêcher les introductions en Bourse des sociétés chinoises, de s'attaquer " aux fonds de pensions et compagnies américaines qui, aux Etats-Unis, fournissent des capitaux au parti communiste chinois ".

Cette "prise de distance" de Panasonic fait suite à l'annonce dimanche 19 mai de Google: le géant américain a fait savoir que son logiciel Android diffusé sous licence, qui équipe l'immense majorité des téléphones dans le monde, n'équiperait plus. Le groupe, qui conçoit des semi-conducteurs utilisés par l'ensemble de l'industrie des télécoms, risque de cesser lui aussi de travailler avec le géant chinois, selon la BBC, qui se base sur des documents internes à l'entreprise.

Contraint de se passer du système d'exploitation Android pour ses téléphones portables, Huawei compte finaliser son propre système concurrent qui pourrait être prêt en Chine avant la fin de l'année, a rapporté jeudi le média d'information financière CNBC.

La recrudescence des tensions commerciales affecte les marchés en Asie comme aux Etats-Unis. Les deux premières puissances économiques mondiales n'ont pas annoncé de nouvelle date pour la reprise de leurs négociations commerciales et s'affrontent toujours via l'imposition mutuelle de droits de douane punitifs.

Recommande: