Le parquet suédois requiert la détention pour viol — Affaire Assange

24 Mai, 2019, 04:09 | Auteur: Lynn Cook
  • La Suède se prononcera le 3 juin sur une éventuelle détention d'Assange pour viol présum

En vue de l'émission d'un mandat d'arrêt européen contre Julian Assange, poursuivi pour un viol présumé commis en Suède en 2010, le parquet suédois a déposé, ce lundi, une demande de placement en détention du fondateur de WikiLeaks, déjà emprisonné en Grande-Bretagne.

Nouveaux ennuis judiciaires en perspective pour Julian Assange.

Eva-Marie Persson, procureure générale adjointe, a demandé au tribunal de district d'Uppsala, au nord de Stockholm, d'"ordonner l'arrestation d'Assange par contumace pour le motif de viol présumé", a précisé la chaîne publique SVT. La demande a été déposée auprès du tribunal d'Uppsala qui, selon la procédure suédoise, doit statuer au plus tard le lendemain de sa saisine. "Depuis qu'il est incarcéré à Londres, je n'ai même pas encore réussi à établir un contact par téléphone", a déclaré Per E Samuelson à l'AFP.

Après avoir passé presque sept ans reclus dans l'ambassade équatorienne d'un quartier chic de Londres, l'Australien de 47 ans aux cheveux argentés a été interpellé le 11 avril, avec l'autorisation de Quito, apparaissant vieilli et affaibli.

Les soutiens de Julian Assange ne cessent de dénoncer des tentatives de le faire extrader aux Etats-Unis (qui ont demandé son extradition).

Il a été condamné au début du mois de mai à près d'un an de prison par la justice britannique pour violation des termes de sa liberté conditionnelle lorsqu'il s'était réfugié à l'ambassade d'Équateur en 2012.

Si la cour donne suite à cette demande, Mme Persson a ajouté qu'elle délivrerait alors un mandat d'arrêt européen pour que M. Assange soit remis à la justice suédoise. "L'issue de ce processus est impossible à prévoir". Aujourd'hui, seul un noyau dur lui est resté fidèle.

L'arrestation de l'Australien le 11 avril à Londres avait ravivé l'espoir de la plaignante et de son avocate de le voir remis à la Suède en vue d'un procès avant la prescription échéant en août 2020. Elle l'accuse d'avoir engagé un rapport sexuel dans la nuit du 16 au 17 août, pendant qu'elle dormait et sans préservatif, alors qu'elle lui avait à plusieurs reprises refusé tout rapport non protégé.

Washington estime que Julian Assange représente une menace pour sa sécurité nationale à cause des fuites de documents confidentiels dont il est responsable.

Recommande: