Boeing 737 MAX : une centaine d'heures d'entretien avant de revoler

24 Mai, 2019, 08:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Des 737 MAX 8 de la compagnie américaine vus ici le 28 mars sont cloués au sol depuis 70 jours après le crash d'un appareil de ce type d'Ethiopian Airlines

Une réunion était organisée jeudi à Montréal pour permettre à des représentants de la Federal Aviation Administration (FAA) et de Boeing d'informer le conseil d'administration de l'OACI des efforts pour remettre en service le 737 MAX.

En début de semaine, Michael O'Leary, le PDG de Ryanair, la plus importante compagnie low cost en Europe, a déclaré sur CNBC que des discussions avec Boeing avaient été engagées afin "d'obtenir une compensation financière pour les retards" de livraison alors que le constructeur américain devait lui livrer les cinq premiers exemplaires d'une commande de 135 appareils, entre avril et juin.

Quand les autorités mondiales de l'aviation civile auront donné leur feu vert à une reprise des vols du 737 MAX, les compagnies aériennes contraintes d'immobiliser ces avions depuis la mi-mars se lanceront dans une course contre la montre inédite pour les réintégrer rapidement dans leur flotte.

Le 737 MAX fait l'objet d'une interdiction de vol provisoire au lendemain des deux accidents survenus dans des conditions similaires et ayant fait au total 346 victimes.

En conséquence: "Nous n'avons pas encore déterminé quelle va être la formation finale des pilotes", a encore dit le responsable, qui va essayer jeudi de retisser le lien de confiance avec ses homologues de 33 pays, dont la Chine, le Canada, l'Union européenne, l'Éthiopie et l'Indonésie.

Et, elle se déroule à huis clos.

"Nous allons en apprendre beaucoup", estime Richard Aboulafia, expert chez Teal Group, ajoutant que ces autorités allaient "demander beaucoup d'explications". Les Etats-Unis et un grand nombre de pays dont le Canada divergent sur ce point: les premiers estiment qu'une formation sur ordinateur ou iPad est suffisante pour des pilotes chevronnés, quand Ottawa veut rendre obligatoire le passage des pilotes sur simulateur de vol. "Elles vont avoir besoin de détails".

De nouveaux ennuis pour l'avionneur américain. Boeing a refusé de commenter.

"Nous ne sommes pas en guerre".

"Il y a de la méfiance vis-à-vis de la FAA et de Boeing et les informations distillées au goutte-à-goutte sur ce que Boeing savait (.) sont fâcheuses", avance Scott Hamilton, expert chez Leeham.

La crise du 737 MAX a révélé que des systèmes clés de l'avion, dont le MCAS, avaient été évalués par des ingénieurs de Boeing, selon une procédure mise en place depuis plus d'une dizaine d'années. Reste que la FAA n'a pour le moment établi aucun calendrier de retour en vol des 737 MAX 8.

La FAA a même jugé, selon une source gouvernementale, qu'il n'était pas nécessaire qu'elle conduise une évaluation indépendante concernant le MCAS, logiciel pourtant spécialement conçu pour le 737 MAX afin de corriger une anomalie aérodynamique liée à une motorisation plus lourde.

Recommande: