Les États-Unis accordent un sursis de trois mois à Huawei — Android

22 Mai, 2019, 01:21 | Auteur: Aubrey Nash
  • Image Huawei

Donald Trump et son homologue chinois, Xi Jinping se rencontreront le mois prochain lors du G20 au Japon. Un accord que ni Google, ni Qualcomm, ni Intel n'ont obtenu. La décision a déjà été annoncée en interne. Nous sommes l'un des partenaires clé d'Android et nous avons travaillé en étroite collaboration avec sa plateforme open source afin de développer un écosystème bénéficiant à la fois aux utilisateurs et au secteur. En réalité, l'entreprise pourra toujours utiliser sa version publique et elle sera donc libre de continuer à livrer ses appareils avec.

Cela reviendra, de fait, à ne plus fournir Huawei en logiciels et services tels que Gmail, YouTube et Chrome.

Huawei est clairement dans le collimateur du président américain, le leader mondial de la 5G (la cinquième génération de technologie mobile) s'étant retrouvé nommément sur une liste noire de Washington.

Dans un contexte de guerre commerciale entre Pékin et Washington, Donald Trump a décidé la semaine dernière d'interdire les exportations de produits technologiques américains vers certaines entreprises jugées "à risque" pour la sécurité nationale. Une licence temporaire est prévue pour les produits actuels du géant.

Ce sursis de 90 jours " donne au [secteur] le temps de s'organiser autrement et au ministère [du commerce] la possibilité de déterminer les mesures appropriées à long terme pour les entreprises de télécommunication américaines et étrangères qui se servent aujourd'hui des équipements d'Huawei pour certains services essentiels " d'après Wilbur Ross, le secrétaire d'État au commerce.

Mais contrairement à ZTE, placé temporairement sur cette même liste en 2016, jamais les Etats-Unis ne s'étaient attaqués aussi frontalement à la supply chain de Huawei, le nerf de la guerre.

Dans un communiqué lundi, Huawei a affirmé qu'il " continuerait à fournir des mises à jour de sécurité et des services après-vente " sur tous ses téléphones multifonctions et tablettes existantes, y compris ceux qui ne sont pas encore vendus. Mais si le blocage d'Android est permanent, les livraisons de smartphones de Huawei pourraient tout de même chuter de 25 %, selon Strategy Analytics.

Les appareils de Huawei en Chine sont dépourvus d'applications de Google, mais la décision des autorités américaines pourrait lourdement pénaliser la marque chinoise à l'étranger.

Car Intel, Broadcom et Qualcomm ne sont que la partie la plus visible de l'iceberg. Les investisseurs semblent penser que Samsung (premier fabricant de smartphones au monde dont les positions sont de plus en plus menacées par la concurrence de Huawei) pourrait être un des gagnants des déconvenues du géant chinois.

Mais Huawei est encore plus dépendant des fabricants de composants optiques comme NeoPhotonics (40 %), Lumentum (11 %) ou Finisar (8 %). Les actions de tous ces fournisseurs de composants ont d'ailleurs en baisse. Anticipant une détérioration des relations entre la Chine et les Etats-Unis, l'équipementier chinois avait en effet augmenté ses stocks. Selon les estimations, Huawei aurait de quoi " tenir " pendant un trimestre voire un an.

Recommande: