Huawei "en discussion" avec Google pour répondre à l'interdiction américaine

22 Mai, 2019, 01:21 | Auteur: Aubrey Nash
  • 20/05 Google bannit Huawei du Play Store

Google pourra donc fournir un suivi d'Android pendant 3 mois supplémentaires et cette période peut même être reconduite au besoin.

Concrètement, les prochains téléphones Huawei ne pourront plus accéder aux mises à jour du système mobile Android et n'auront plus accès aux applications de Google, comme Gmail, Maps ou Chrome. Or, Google Play est la principale boutique d'application mobile en occident, et souvent le seul moyen pour les internautes de télécharger leurs services préférés, comme Facebook, Instagram ou YouTube. Cela rend le système d'exploitation téléchargeable, mais avec du retard, le temps que la version soit rendue publique.

Le ministère chinois des affaires étrangères a, quant à lui, indiqué qu'il suivait activement la situation et que la Chine "soutient les entreprises chinoises pour prendre des mesures légales afin de défendre leurs droits légitimes", d'après un porte-parole, Lu Kang.

Les responsables de la firme chinoise ont déclaré qu'ils continueront à fournir des mises à jour de sécurité et des services après-vente à tous les smartphones et tablettes Huawei vendus sur le marché ou qui sont encore en stock dans le monde. La première chose que vous remarquez sur la plupart des smartphones Android vendus en Chine: il manque le Google Play Store.

D'autre part, le PDG de Huawei, Ren Zhengfei, a également réagi en indiquant " vouloir réduire sa dépendance aux composants américains ", en effet, selon le quotidien économique japonais Nikkei, Huawei achète pour environ 67 milliards de dollars de composants chaque année, dont 11 milliards auprès de fournisseurs américains. Voici ce que cela signifie pour ses utilisateurs, en France et ailleurs.

Une précédente interdiction par les États-Unis d'utiliser des produits et des services américains par le fabricant chinois d'équipements de télécommunications ZTE a servi de référence aux ambitions technologiques chinoises.

Reuters a rapporté le 19 mai que Google, filiale d'Alphabet, ne fournirait plus de logiciel, de matériel informatique et de service technique à Huawei à l'exception des services disponibles en open source.

La galerie dapplications de Huawei pourrait ainsi servir de pont entre lest et louest, c'est-à-dire un moyen pour les développeurs de distribuer leurs applications à un public européen et asiatique, principalement chinois.

En bloquant l'accès de Huawei à la technologie américaine, Donald Trump a visé le talon d'Achille du géant chinois des smartphones, dont la survie même pourrait être menacée, selon des experts. La semaine dernière, l'administration américaine a placé Huawei sur son " entity list", une liste d'entreprises et d'organisations suspectes avec lesquelles les groupes américains ne peuvent commercer qu'après avoir obtenu un feu vert des autorités. "S'il s'avère que nous ne pouvons plus utiliser ces systèmes, notamment Android, nous serons prêts et avons notre plan B", a ajouté, avec fierté, Richard Yu Chengdong dans l'interview.

Les analystes expliquent que la décision américaine affectera la capacité de Huawei à vendre ses téléphones en dehors du marché chinois, ce qui a contrario profitera à son concurrent sud-coréen.

Recommande: