La cour d'appel ordonne la reprise des soins — Vincent Lambert

21 Mai, 2019, 12:54 | Auteur: Jonathan Ford
  • Reims un rassemblement autour de Viviane Lambert

Lundi soir, la cour d'appel de Paris a donné l'ordre de reprendre les traitements. Les parents de Vincent Lambert sont attendus à l'hôpital de Reims ce mardi pour le vérifier. Cela pourrait prendre six mois. Une énorme clameur a retenti quand l'un des deux avocats des parents, Me Jérôme Triomphe, a lancé à la foule, en apprenant leur victoire par téléphone: "On a gagné!"

"L'alimentation et l'hydratation de Vincent doivent être reprises sans délai".

Qu'a dit la cour d'appel?

La cour d'appel a finalement suivi l'avis du Comité international des droits des personnes handicapées, qui s'était prononcé le 3 mai pour le maintien de l'alimentation et l'hydratation de Vincent Lambert, tétraplégique est en état végétatif. Le CDPH, ce comité onusien, avait demandé à la France de surseoir à l'arrêt des traitements dans l'attente d'un examen du dossier sur le fond.

"Toutes les expertises médicales ont conclu au caractère irréversible de son état, écrit le chef de l'État dans ce message, publié vers 17 heures ce lundi".

Jusqu'à présent, tous les ultimes recours déposés par les avocats des parents -Cour européenne des droits de l'Homme, tribunal administratif- avaient échoué.

Le sort de Vincent Lambert, 42 ans, en état végétatif depuis un accident de la route en 2008, déchire la famille comme il divise la société française: ses proches sont séparés en deux camps, avec notamment d'un côté ses parents, et de l'autre son épouse Rachel et son neveu François, qui entendent mettre fin à un "acharnement thérapeutique".

La tête de liste EELV Yannick Jadot a, lui, renvoyé à la loi belge qui prévoit que la décision revient au conjoint puis aux enfants adultes s'il y en a et enfin aux parents, en cas d'absence de directives anticipées.

Maître Jérôme Triomphe, son avocat qui était présent, hier soir, à la marche blanche pour Vincent Lambert, réagit au micro de Boulevard Voltaire.

Le médecin disait " espérer pour M. Vincent Lambert que chacun saura ouvrir une parenthèse et se rassembler, auprès de lui, afin que ces moments soient le plus paisibles, intimes et personnels ". Ils vont le réalimenter et lui redonner à boire. "Pour une fois, je suis fière de la justice", jubilait sa mère. C'est précisément parce que ce n'est pas le cas, parce qu'il n'y a pas, dans notre pays, de place pour l'arbitraire, que je n'ai pas à m'immiscer dans la décision de soin et de droit qui a été prise dans le cas de Vincent Lambert. On nous refait le coup tout le temps. "C'est vraiment du sadisme pur de la part du système médico-judiciaire", a déclaré le jeune homme. Ce dernier a aussi indiqué que: "Vincent Lambert est devenu un enjeu politique, ce n'est plus un être humain".

Lundi 20 mai, la cour d'appel de Paris a ordonné la reprise des soins de Vincent Lambert, qui avait été stoppés le matin même.

Recommande: