L'avortement sous la menace d'une profonde remise en cause — Etats-Unis

16 Mai, 2019, 03:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Le Sénat de l'État de l'Alabama a adopté le projet de loi le plus restrictif des États-Unis sur l'avortement

Mais elle reflète une volonté de remise en cause de l'avortement poussée par les conservateurs Républicains et dont la Maison-Blanche est vue comme un soutien.

Depuis le début de l'année, plus de la moitié des 50 États américains ont mis en place des règles limitant l'accès à l'avortement, selon l'Institut Guttmacher qui défend le droit des femmes à l'IVG.

Alors que depuis longtemps, trop longtemps, les femmes du monde entier se battent pour avoir le plein pouvoir sur leur corps, l'état de l'Alabama décide de se désolidariser de ce combat. Elle interdit l'IVG même en cas de viol ou d'inceste.

Adopté à 25 voix contre 6, le texte criminalise les docteurs et prévoit des peines de prison allant de 10 à 99 ans pour ceux qui pratiqueraient des avortements "illégaux". Le chef des démocrates du Sénat local, Bobby Singleton, s'est révolté après le vote de l'amendement rejetant les exceptions pour le viol: "Vous venez de violer vous-même l'Etat de l'Alabama".

Il fait décidément de moins en moins bon vivre pour les femmes aux Etats-Unis.

Le Kentucky et le Mississippi ont ainsi interdit les avortements dès que les battements du cœur du fœtus sont détectables, soit environ à la sixième semaine de grossesse.

Cette initiative des élus de l'Alabama s'inscrit dans un mouvement de fond porté par les plus conservateurs des Républicains, que soutien le président Donald Trump.

Au Kentucky, limitrophe de l'Alabama, la clinique EMW, à Louisville, ultime établissement médical de l'État voit les patientes entrer sous protection physique sous les protestations de militants anti-avortement campant sous les fenêtres. L'objectif assumé est d'aller jusqu'à la Cour suprême pour remettre en question la jurisprudence de 1973 qui autorise l'avortement aux États-Unis. Les sénateurs de l'Alabama l'ont ouvertement confirmé. "Nous attaquerons en justice pour empêcher que cette loi ne prenne effet".

"Une majorité d'Américains (57%) est favorable à ce que les femmes puissent avoir recours à l'avortement, mais le sujet divise fortement en fonction des affiliations politiques et religieuses, selon un sondage du Pew Research Center".

Recommande: