La justice brésilienne renvoie l'ex-président Temer en prison — Corruption

15 Mai, 2019, 13:59 | Auteur: Ruben Ruiz
  • L'autoritarisme de Jair Bolsonaro se retrouve dans de nombreux secteurs et pas uniquement dans les écoles

Le circuit serait bâti dans la zone militaire de Deodoro, qui avait notamment accueilli les épreuves d'équitation et de slalom en canoë-kayak lors des Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016. Le président brésilien Jair Bolsonaro avait annoncé mercredi lors d'une cérémonie militaire à Rio que le Grand Prix s'y disputerait - et non plus à Sao Paulo -, à partir de 2020.

"La construction durera de six à sept mois, et le Grand Prix du Brésil aura lieu à Rio de Janeiro l'année prochaine", avait affirmé le chef de l'Etat mercredi. Il est annoncé que ce nouveau circuit sera construit sans argent public et qu'il en découlerait la création de 7 000 emplois directs ou indirects.

Le Grand Prix du Brésil s'est déjà déroulé à Rio de Janeiro (autodrome Nelson Piquet de Jacarepagua) en 1978 (Carlos Reutemann). L'autodrome d'Interlagos est actuellement géré par la Mairie de Sao Paulo, qui tente de boucler sa privatisation depuis des années.

Le Grand Prix du Brésil a eu lieu à Rio de Janeiro en 1979, ainsi que de 1981 à 1989, avant de revenir au circuit d'Interlagos, à Sao Paulo.

Jeudi 9 mai 2019 ((rezonodwes.com))- L'ex président brésilien Michel Temer, s'est livré jeudi à la police fédérale de Sao Paulo, en milieu d'après-midi, deux heures avant l'expiration du délai imparti. Cette enquête tentaculaire, lancée il y a cinq ans, a mis au jour le plus grand scandale de corruption de l'Histoire du Brésil, autour de contrats de la compagnie pétrolière publique Petrobras, avec des grands groupes du BTP.

D'après la presse brésilienne, des dirigeants de Liberty Media, propriétaire de la F1 depuis janvier 2017, se sont rendus à Rio en novembre dernier pour discuter avec les autorités locales d'un éventuel transfert de l'épreuve de Sao Paulo vers la "Ville merveilleuse".

Recommande: