L'"appel de Christchurch", ou le pari risqué de Jacinda Ardern à Paris

15 Mai, 2019, 13:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Après Christchurch Facebook promet des restrictions pour sa plateforme Live

Les images s'étaient très rapidement répandues sur internet. "Facebook a fait un premier pas tangible pour arrêter cette tactique répétée sur leur plateforme", a détaillée Mme Ardern.

Le Président français Emmanuel Macron et la Première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Arden, co-présideront, mercredi à Paris, la réunion de lancement de l'Appel de Christchurch contre le terrorisme en ligne, a annoncé lundi soir l'Élysée.

"Jusqu'à aujourd'hui, si des personnes publiaient du contenu contraire à nos standards - sur Facebook Live ou ailleurs sur notre plateforme - nous supprimions leur contenu", a écrit Guy Rosen, un haut responsable du groupe sur un blog où il a expliqué la nouvelle politique de tolérance zéro. "S'ils continuaient de publier du contenu enfreignant nos standards, nous les empêchions d'utiliser Facebook pendant un certain temps, leur retirant ainsi la possibilité d'utiliser Facebook Live", a-t-il ajouté.

"L'écrasante majorité des personnes utilisent Facebook Live à des fins positives, par exemple pour partager un moment avec des amis ou pour sensibiliser d'autres personnes à une cause qui les intéresse", explique Guy Rosen, vice-président "Intégrité" de Facebook, dans un post mis en ligne mercredi. Dans ce cas, Facebook prévoit dans les semaines à venir d'empêcher ces contrevenants de diffuser des publicités sur le réseau.

De plus, le groupe a répété qu'il avait été confronté, dans le cas de Christchurch, a un défi technique: ses systèmes ont eu du mal à identifier les différentes versions et montages des images issues de la vidéo originale.

Facebook prévoit en outre des partenariats avec les universités américaines du Maryland, de Cornell et de Berkeley afin d'améliorer la détection de manipulation de contenus et d'empêcher la prolifération de variations d'une même vidéo ayant fait l'objet d'une mesure de retrait.

La diffusion en direct sur internet, par son auteur, le 15 mars du massacre de Christchurch, qui a fait 51 morts, a particulièrement marqué les esprits.

Mercredi, aura lieu l'ouverture de la deuxième édition du Sommet Tech for Good, initiée par Emmanuel Macron en 2018, regroupera plus de 80 dirigeants de grandes entreprises, startups et acteurs de l'écosystème numérique mondial afin d'"échanger sur la contribution de la technologie en faveur du bien commun et la lutte collective contre les menaces numériques ".

Recommande: